ReussirUSA

   S'implanter et exporter ses produits aux Etats-Unis avec Succes!

Ressources Etats-Unis-Blog Post New Entry

Peut-on dire qu un Americain est comme un Europeen

Posted by Vanina Joulin Batejat on April 25, 2016 at 3:50 PM Comments comments (0)

 


Bien souvent on croit qu’il sera facile de s’intégrer aux USA quand on est Européen. La réalité est bien différente.

Voici quelques observations de l’interaction entre Américains et Européens qui peuvent être utiles. En gros, ne parlez pas de politique ou de religion et vous réduirez vos chances de heurter votre interlocuteur.

Le monde de l’Ouest (l’Europe, l’Amérique, l’Australie, et la Nouvelle-Zélande) peut être considéré comme une culture tout ensemble parce que nous sommes tous descendants du même continent. Mais il existe fait des différences culturelles qui sont importantes qu’il ne faut surtout pas négliger ! Même si l’Europe est comprise de beaucoup de cultures, il existe une identité Européenne qui est très différente des USA ou du reste du monde de l’Ouest.

La perception du temps et des distances

Une maison de 100 ans peut être considérée vieille par les Américains, mais jeune pour les européens. Même si les Américains considèrent un édifice de 200 ans ancien, ce qui est ancien pour les Européens est un édifice de plus de 1000 ans.

Pour les distances, c’est le contraire. Un trajet de 100 km est très long pour un Européen, mais très court pour un Américain. Ceci est a cause de la densité de population de l’Europe, et aussi parce que les USA font le double de la taille de l’Europe.


Voitures

Presque toutes les voitures en Europe sont manuelles, et le contraire aux USA. Il existe aussi une différence dans le design des voitures. Les Américains aiment les grosses voitures carrées, et les Européens préfèrent des petites voitures avec des formes rondes. Les Européens préfèrent les petites voitures a cause du niveau d’urbanisation en Europe. Malgré tout, on observe une tendance vers les petites voitures dans les villes de Californie notamment tournés vers le green et le high tech.


Les vacances

Le jour international des travailleurs (1er mai) est un jour férié dans la plupart des pays Européens, mais pas aux USA. Les Européens comptent plus de semaines de vacances que les Américains, par exemple en France la moyenne est a 7 semaines payées, et en Amérique la moyenne est de 2 semaines.


Les coutumes sociales


Les traditions comme les ‘baby shower’ ou les ‘bachelor party’ avec les strip teaseuses, est seulement quelque chose que les Européens voient a la télévision. La même chose est vrai pour le ‘Thanksgiving’, ‘Black Friday’, et le ‘Cyber Monday’. Par contre la plupart des coutumes Européennes sont en Amérique a un certain degré.

 

La politique 


Les Européens sont plus libéraux au niveau des drogues douces, la prostitution, l’alcool, l’avortement, et le clonage (mais pas les OGM). Au contraire les Américains ont plus de liberté pour la possession d’armes, et le droit de conduire à un jeune âge.

Système de gouvernement

Les Américains ont un congrès, et les Européens ont un Parlement.

La politique Américaine est dominée par deux partis, Démocrates (ce qui serait presque un parti de droite en France et les Républicains presqu’un parti d’extrême droite en France, mais ils n’ont pas de partis vert ou socialiste. C’est rare pour un pays Européen d’avoir moins de 3 partis, souvent c’est plutôt 4 ou 5 partis, ce qui rend la politique moins bipolaire. Les 2 grands partis on une couleur : Rouge et Bleu. A vous de découvrir la bonne couleur

La police Américaine a beaucoup plus de pouvoirs que la police Européenne. C’est normal de rentrer dans des maisons en criant les mains en l’air pour la police Américaine, quand ça n’arrive presque jamais en Europe. Les suspects sont détenus plus facilement et interrogés plus brusquement. Les Américains vont au tribunal beaucoup plus souvent qu’en Europe.


Le patriotisme


Les Américains se focalisent sur le patriotisme beaucoup plus que les Européens. Le patriotisme est un style de vie aux USA, en Europe on entend rarement le terme. En fait, ce qui fait une partie des USA, c’est le ralliement au drapeau. Ne pas oublier que c’est un moyen d’unir ces groupes de populations qui continuent d’arriver. Donc pas seulement un amour aveugle du drapeau comme on pourrait le croire vu d’Europe mais un moyen de réunir le pays autour d’une valeur a laquelle toute personne peut adhérer.

Peu d’Européens sont offensé par la critique de leur gouvernement, cependant les Américains prennent ca très personnellement quand quelqu’un (surtout les non-américains) font des critiques a leur gouvernement. Les Européens sont contents d’entendre les autres critiquer leur gouvernement, vu que c’est la fonction de la démocratie d’avoir des critiques.


La religion


Les Américains vont beaucoup a l’église. C’est un lieu de recueil mais aussi et surtout un lieu social, un lieu de ralliement autour de certaines valeurs[ Aller à l’église est une activité populaire aux USA, et c’est vu comme une manière indispensable de socialiser. En Europe cette tendance a totalement disparu. Aller a l’eglise est plutôt un acte individuel. Par ailleurs, si en termes de politique l’Europe est plural, c’est le contraire des Américains en termes d’églises. 2 grands courants : protestants et Catholiques. Aux USA a l’intérieur des protestants on peut trouver une multitude de courants religieux.


Etre politiquement correcte


A cause de la grande diversité religieuse et ethnique, les Américains ont un sens développé pour s’exprimer sans insulter les autres, pour créer une bonne dynamique dans des groupes de grande diversité. Aux USA, ce qui différencie les gens est leur religion ou leur ethnicité, et pas leur nationalité, et cela est diffèrent en Europe, ou les gens se moquent l’un de l’autre a cause de religion et pas de leur nationalité.


La nourriture


Les Européens ont beaucoup de plats traditionnels d’origine locale, et pour cela, parfois vous trouverez un plat dans une ville, mais pas dans celle d’a coté. Les Européens mangent plus équilibré et moins de fast food que les Américains (a part les Anglais). Les Européens mangent plus de fromage, plus de yaourt, et consomment plus de vin et de bières fortes. Les Américains consomment de la nourriture plus sucrée et des boissons sucrées, des produits fruits, vite faits, beaucoup plus que les Européens. Les lois sur l’alcool aux USA sont beaucoup plus strictes qu’en Europe. Cela ne veut pas dire qu’ils boivent moins !


Les publicités


Les activités publicitaires entre les deux continents sont très différentes. C’est normal de voir une personne en costume gonflable pour la promotion, quand ça l’est pas du tout pour l’Europe. Les Américains mettent des gros panneaux publicitaires en coté d’autoroute, et les Européens presque pas du tout (parce que ça enlève l’attention de la route, et c’est moche). Par ailleurs, la publicité comparative est admise très facilement aux USA

Les Francais vu d'Amerique

Posted by Vanina Joulin Batejat on February 15, 2016 at 1:05 AM Comments comments (0)



Voici une petite anecdote de Richard Lewis sur la vision des Américains sur les Français ? D’accord ou … pas ?

 

En politique et en business, les Français aiment être indépendants, et peuvent parfois frustrer leurs interlocuteurs, qu’ils soient Américains, Japonais, et même Européens.

Ils sont immergé dans leur histoire, et ont tendance à croire que la France a créé la norme pour la démocratie, la justice, le gouvernement, les systèmes légaux, les stratégies militaire, la philosophie, la science, l'agriculture, la viniculture, la Haute Cuisine, et le savoir vivre en général. D'autres nations dévient de ces normes, et les Français pensent qu'ils ont beaucoup de choses à leur apprendre avant de pouvoir se justifier.

 

Les Français ne savent pas beaucoup de choses sur les autres pays, parce que leur système d'éducation se focalise sur l’histoire de la France et sa géographie. Il faut attendre les études supérieures pour espérer voir enseigner la géopolitique au niveau international.

 

Leur attitude envers les étrangers est supportable, ni positive, ni négative. Ils voudront faire des affaires avec vous, si vous avez des bons produits ou si vous achetez, mais leur approche initiale peut sembler condescendante. Si vous ne parlez pas Français, ou si vous avez l'air Anglophile, ce n'est pas un bon début d'après leur perspective.

 

Vous ne serez pas vu comme un égal, vous êtes mieux ou mauvais, mais différent. Les Français, comme les Japonais, croient être unique et ne s'attendent pas que vous vous conformiez à leur standards.

 

Alors quelle approche devriez-vous prendre quand vous avez à faire a des Français? Devez-vous vous comporter comme un Gaulois, en devenant plus bavard, imaginatif et intense? Ou devez-vous rester flegmatique et honnête, avec la risque de sembler rigide et mauvais communicateur?

 

Pour faire des meilleures affaires avec les Français, vous devez étudier leur psychologie et leurs tactiques adaptées aux transactions commerciales. Ils approchent la négociation d'une manière très Française, et certains exemples peuvent être:

 

 

-Ils arrivent à des rendez-vous habillés formellement.

-Les noms de famille et introductions formelles seront utilisée, et les places à table suivront une hiérarchie.

- La politesse et le style formel sera maintenu dans une négociation menée par des Français.

- La logique dominera leurs arguments, et une analyse sera faite sur tous les sujets de conversation. Les arguments illogiques de la part de leur opposition seront mal pris.

- Les rendez-vous peuvent être longs et les discussions interminables.

- Ils ne présentent pas leurs demandes au début, ils les introduisent en construisant leurs arguments.

- Les Français essaient de trouver les ambitions et demandes de l'opposition au début.

 

- Les Français sont méfiants d'un ton amical au début, et n'apprécient pas les prénoms, (même si en la matière, on voir un net changement en la matière chez les start-up, notamment) l'enlèvement des vestes, et des conversations sur leur vie privée.

 

- Ils sont fiers de leur raisonnement rapide, mais n'aiment pas se faire précipiter à prendre des décisions. Pour eux, la négociation n'est pas un processus rapide.

 

-Ils prennent rarement des décisions pendant le rendez-vous.

 

- Ils prolongent la discussion, comme stratégie pour juger l'intelligence de l'opposition, pour trouver leurs points faibles.

 

-Leurs objectifs sont pour le long terme, ils essaient d'établir des relations solides et personnelles.

-Ils ne feront pas de concessions, à moins que leur interlocuteur ne leur proue qu’ils ont tort. Ceci peut paraitre têtu.

-Ils restent fermes quand il y'a des désaccords, en répétant leur position, sans être malpoli.

-Ils essaient d'être précis à toute heure. La langue Française facilite cela.

-Ils croient être intellectuellement supérieur à toute autre nationalité.

- Ils dévient de l'agenda et parlent longuement de différents sujets en ordre aléatoire.

-Les Anglais et les Américains se plaignent que les Français parlent pendant des heures sans prendre de décision. (Les Français clarifient leur pensée en discutant, avant d'arriver à une décision.)

- Ils arrivent bien informé à la négociation, mais leur perspective Française les empêche de voir les implications internationales. Parfois leur manque de connaissances d'autres langues les empêchent également de pouvoir analyser tous les tenants et aboutissants et les paralysent dans la prise de leur decision.

 

Comment Avoir de l'Empathie pour les Français

Quand vous avez à faire a des Français, vous devriez vous comporter d'une manière plus formelle que d'habitude, en utilisant les noms de famille, et en exagérant la politesse quand vous faites face à des directeurs ou PDG Français.

Utilisez votre logique à tout temps, en évitant vos "intuitions" Américaines ou votre "feeling" Britannique pour les situations. Si vous contredisez quelque chose que vous avez dit plus tôt, les Français perdront leur patience.

 

Vous devez avoir l'air "plus humain" que normalement, comme disent les Français, après tout ils sont latins. Ils aiment une bonne discussion, et ne voient pas de limites à la chose. Si vous ne parlez pas assez, vous allez vous faire catégoriser.

Si vous voulez gagner des points avec les Français, la critique des Anglais reste un passe-temps préféré. Vous ne devez pas être injuste, mais juste montrer que vous n'êtes pas entièrement dans le camp des Anglo-Saxon.

 

La critique des Italiens ou des espagnols n'est pas hors-limite non plus.

Ne critiquez pas Napoléon, il reste implanté dans l'identité des Français.

 

Ils ne sauront pas l'identité de votre chef d'état, donc ils ne seront pas capables de les critiquer.

 

Les Français sont souvent critiqués par d'autre nationalités, et ce n'est pas difficile de voir pourquoi. En ayant des opinions fortes, les Français se trouvent en situation difficile dans des meeting internationaux, quand ils manquent la volonté de faire un compromis, quand les autres pays essaient.

Ceci fait qu'ils sont accusés d’être arrogants, mais c'est important de sympathiser avec eux. Ils sont des penseurs critiques et perceptifs, qui pensent avoir une meilleure perspective historique que la plupart des gens. Ils préfèrent avoir raison que d'être populaire. Est-ce qu'ils ont toujours raison? Comme tout le monde, non. Mais ils ont des expériences valables dans des domaines comme la politique, la guerre, l'administration.

 

Comme les Allemands, on ne peut ne pas accuser les Français de prendre les choses a la légère. Leur long rôle dans les affaires européenne et internationale donne la confiance aux Français que leur voix sera entendue dans des forums internationaux.

 

Leur force politique, militaire, et économique n'est plus dominante, mais les Français ne perçoivent aucune diminution dans leur autorité.

 

 

 

Comme les Américains, Anglais, et Russe, ils ont une foi messianique. Ils ne seraient pas humains s’ils ne détestaient pas la victoire des Anglais sur Napoléon, le déclin de la langue Française, l'incursion des Japonais sur le marché Européen, et l'Américanisation du monde.

 

 

 

 

 

Celebrer la nouvelle annee aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 15, 2015 at 3:15 PM Comments comments (0)

Beaucoup de traditions du Nouvel An américain incluent les cris de célébration, klaxons, pétards, sirènes, sifflets, cloches, et tout ce que le peuple peut trouver pour que cela fasse un bruit fort et bruyant à minuit dans tout le pays.Les parades

 

Les Américains aiment les défilés, et le Jour de l'An est l'un des plus célèbres défilés de l'année. En fait, les défilés étaient à l'origine un moyen de chasser les mauvais esprits. Consultez le site Web de votre ville pour obtenir des informations sur les défilés à proximité.

 

Les fêtes à la maison

 

Les Américains aiment célébrer le Nouvel An avec leurs amis et familles. Planifiez avec vos amis et envisagez d'assister à une fête chez quelqu'un. Vous pouvez vous amuser à danser et à vous embrasser sur le coup de minuit pour la nouvelle année.

 

Les résolutions

 

Pour les Américains, il s’agit de la journée ou nous nous engageons à nous priver de quelque chose que nous aimons vraiment ou que nous détestons mais que nous faisons quand même. Nous sommes résolus à perdre du poids, cesser de boire, de fumer, de jurer ou même de devenir plus fidèles. Les résolutions ont commencé dans les temps anciens et se penchent aujourd'hui davantage vers les promesses de faire quelque chose de spécifique au cours de l'année à venir.

 

The ball drop : la chute de la boule

 

Si vous êtes à New York pendant le Nouvel An, vous devriez certainement voir The ball drop à Time Square. C’est une tradition datant de plus de 100 ans et Time Square en détient une des plus grandes du pays avec des millions de personnes qui y assistent ou qui regardent depuis leur télévision partout dans le monde. La boule prend une minute pour se déposer, avant les dix dernières secondes décomptées par des gens venus de partout. La chute de la boule marque l'heure exacte de la nouvelle année.

 

Nous vous souhaitons une nouvelle année 2016 heureuse et prospère !

Et serons heureux de vous assister dans vos demarches si vous decidez que cette annee sera Americaine! 

 



NOEL aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 14, 2015 at 1:10 AM Comments comments (0)


 

Noël, célébré par la plupart des chrétiens le 25 Décembre, commémore la naissance de Jésus de Nazareth. Les Américains, comme la plupart des peuples du monde, ont développé leurs propres traditions et célébrations de Noël, lesquelles ont beaucoup changé au fil du temps.

 

Aujourd’hui, la plupart des américains mélangent les coutumes religieuses et laïques avec leurs propres traditions familiales, incorporant souvent des produits alimentaires, des décorations et des rituels issus des lieux de naissance de leurs ancêtres. Rôtir la dinde et le porc est populaire pour le diner de Noel à travers tout le pays, on trouve également selon les régions des tamales, de l’oie rôtie avec du chou rouge, du riz créole a l’écrevisse, du rôti de porc ou une salade de « sept poissons ».

 

Dans le Sud-Ouest, des « luminarias », lanternes faites de sachets de papier remplis de sable et éclairés par une bougie, sont allumées le soir de Noël. De nombreux Américains d’origine mexicaine célèbrent « Las Posadas », une procession qui représente Marie et Joseph a la recherche d’un endroit pour dormir à Bethlehem. Les Américains d’origine suédoise organisent des festivals en l’honneur de Sainte-Lucie, et, à Porto Rico il y a les « parrandas », dans lesquelles les des gens vont chez leurs amis chanter des chants traditionnels, les « surprenant » et les réveillant avec leur musique.

 

Même si Noël est pour de nombreux Américains une fête religieuse, les tribunaux fédéraux ont confirmé son statut de jour férié officiel. Un tribunal a raisonné de la façon suivante, « en accordant aux fonctionnaires fédéraux un congé payé le jour de Noël, le gouvernement ne fait rien de plus que de reconnaitre l’importance culturelle de la fête ».

 

Dans une certaine mesure, les fêtes non chrétiennes célébrées à peu près au même moment de l'année, notamment Kwanza pour les Afro-Américains et Hanoukka pour les populations juives, s'inscrivent d'une manière générale dans « la saison des fêtes ».

 

La création d'un Noël américain

 

Les premiers puritains de la Nouvelle-Angleterre ne voyaient pas d'un bon œil les tapageuses célébrations de Noël. En 1659, les colons du Massachusetts ont brièvement criminalisé la célébration de cette fête, et Noël est demeuré une journée normal de travail dans une grande partie de la Nouvelle-Angleterre et de la Pennsylvanie. Toutefois, dans d'autres régions de l'Amérique du Nord britannique, on faisait la fête avec ferveur, de joyeux drilles costumés faisant du porte-à-porte et recevant de modestes dons de nourriture et de boisson.

 

Le Noël commercialisé que nous connaissons aujourd'hui a commencé à voir le jour au XIXe siècle avec la nouvelle coutume d'acheter des cadeaux pour les jeunes enfants. Les « achats de Noël » ont alors commencé à prendre de l'importance sur le plan économique.

 

D'autres traditions sont nées au cours du XIXe siècle, notamment au fil de diverses œuvres, dont un poème publié en 1823 et intitulé « Une visite de saint Nicolas » qui voit ce dernier - plus tard devenu le Père Noël - se transformer en joyeux luron distributeur de cadeaux et voyageant dans un traîneau tiré par des rennes.

 

Aujourd'hui, de nombreux Américains achètent soit un sapin naturel soit un arbre artificiel réutilisable et l'ornent de guirlandes de lumière et de diverses décorations. Dans certaines familles, les cadeaux de Noël apparaissent sous l'arbre le matin du 25 décembre, après y avoir été déposés par les membres de la famille, ou, comme le croient les jeunes enfants, après avoir été livrés par le Père Noël qui stoppe son traîneau sur le toit et descend par la cheminée.

 

Les cartes de Noël produites en masse on fait leur apparition vers la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, elles représentent des scènes religieuses ou transmettent des messages laïques, souvent humoristiques. Sur l'Internet, les cartes électroniques sont de plus en plus populaires. Toutefois, les Américains posteront quelque 20 milliards de cartes de Noël, de lettres et de colis cette année.

 

Les activités contemporaines

 

Les achats de Noël revêtant une importance cruciale pour les commerçants, Noël est devenu une « saison » à proprement parler. Le lendemain de la Journée d'action de grâce (Thanksgiving, qui est célébrée le quatrième jeudi de novembre) est appelé le « vendredi noir » (black Friday), car c'est le jour où démarrent les achats de Noël et où les commençants peuvent faire des bénéfices. Mais s'il est mauvais, il peut aussi bien les faire basculer dans le rouge (déficit).

 

Toutefois, cette saison de Noël ne repose pas uniquement sur les achats. Pour de nombreux Américains, c'est aussi une période d'action caritative et de bénévolat.

 

Sur le plan des loisirs, il existe une multitude de versions du ballet Casse-noisette (chorégraphié sur une musique de Tchaïkovski), de nombreuses fêtes de Noël organisées dans les écoles et d'innombrables récitals de chorales. À la télévision, les adultes regardent d'anciens classiques tels que A Miracle on 34th Street (Un Miracle sur la 34e rue, 1945) et It's a Wonderful Life (1946), pendant que les enfants (et les parents nostalgiques) se plongent dans des dessins animés classiques tels que A Charlie Brown Christmas (1965). De nombreuses stations de radio modifient leur programmation de façon à passer de la musique de Noël. Quant au cinéma, la période de Noël est souvent appelée la « saison des Oscars », parce que de nombreux films qui espèrent être récompensés sortent sur les écrans durant le mois de décembre.

 

La signification religieuse de ces fêtes demeure malgré tout l'élément le plus important pour de nombreux Américains. Certaines églises installent des crèches - scènes représentant à l'aide de figurines l'étable où serait né l'enfant Jésus ; nombre d'entre elles organisent des veillées et des messes de minuit. D'autres ont même une messe de la Nativité durant laquelle on réinterprète la naissance du Christ.

 

Comme c'est souvent le cas dans la vie culturelle des États-Unis, Noël reflète les valeurs d'un peuple libre et divers.

Plus d'information sur les traditions aux USA: consultez notre guide:

http://media.wix.com/ugd/67a0da_39d6d794dd0b4828a906a57f8043806c.pdf


L'amitie aux Etats-Unis, un concept different

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 1, 2015 at 3:50 PM Comments comments (0)

L’amitié aux États-Unis: trop, trop vite, puis pas assez.


Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux aux Etats-Unis disent que les américains ne savent pas ce qu’est la vraie amitié, ils semblent très sympathiques au premier abord, mais les amitiés ne se développent pas. Voici quelques réflexions qui pourraient expliquer les amitiés américaines.

 

Rappelez-vous que les américains apprécient l’indépendance. Demander de l’aide signifie être dépendant d’un ami. Les américains pourraient être disposés à accepter cette dépendance, s’ils ont vraiment besoin d’aide, mais ils essaient généralement autre chose en premier. Les américains peuvent également hésiter à offrir de l’aide à un ami, pour ne pas retirer l’indépendance de leurs amis. Les américains ont tendance à garder des relations, à un niveau concret. Si vous me donnez un cadeau, je dois vous donner un cadeau. Si vous m’invitez à diner, je vais vous inviter à diner prochainement. Si je vous donne de l’aide, vous devez me donner de l’aide en retour. Donc, les américains peuvent penser, que la manière dont je peux être un bon ami est de ne pas le forcer à me rendre quelque chose en retour.

 

Rappelez-vous que les américains seront probablement très directs s’ils veulent votre aide.

 

Les américains ont tendance à se tourner vers l’extérieur pour de l’aide dans des situations où les gens d’autres cultures se tournent vers la famille et les amis. Les américains parlent de leurs problèmes à des thérapeutes. Ils lisent des livres et des magazines pour les aider à élever leurs enfants. Ils demandent des avocats et des comptables pour organiser leur argent. Ils embauchent des tuteurs pour aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Peut-être que les américains font cela parce qu’ils se déplacent souvent de ville en ville, leur famille et leurs amis peuvent être dans d’autres régions du pays. Mais cela a aussi commencé à faire partie de la façon américaine de faire les choses. En conséquence, il y a des livres où vous pouvez trouver des conseils, des baby-sitters à appeler, des thérapeutes qui sont disponibles et formés pour aider. Donc, les américains les utilisent.

 

Beaucoup d’américains ont tendance à être très sympathiques au début d’une relation. Ils vous disent des choses personnelles, et vous posent des questions personnelles. Ils en plaisantent. Ils vous appellent par votre prénom. Ils vous présentent leurs conjoints et vous invitent dans leur maison. Si ce sont des signes d’un ami proche dans votre culture, vous pouvez être confus (et blessés) lorsque les américains ne se comportent pas comme des amis proches par la suite. Cela peut paraitre de trop, trop vite et ensuite plus assez pour vous. Mais cela correspond à de nombreux américains, en particulier ceux qui se déplacent souvent, ou qui vivent parmi les personnes qui se déplacent souvent.

 

Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux disent que les américains semblent très occupés. Ils passent rarement de longues heures dans un café avec un ami, ou à rester à la table du dîner jusqu'à minuit. Ce sont les endroits où se produisent probablement les conversations intimes, et les américains (en particulier ceux avec de jeunes enfants) les manquent.

 

Les américains utilisent le mot ami pour signifier une personne à qui j’ai parlé quelques heures. Les américains ne disposent pas d'un bon mot pour quelqu'un qui est plus proche que d'une connaissance, mais pas aussi proche qu’un ami. Vous connaissez la personne avec qui vous jouez au tennis toutes les semaines, qui connait tous les noms de vos enfants, et qui vous donne le meilleur endroit pour acheter vos chaussures, mais qui ne discute pas de choses personnelles avec vous et qui ne vous direz pas si vous faites quelque chose de stupide. Aux Etats-Unis, nous appelons cette personne un ami. Pour faire référence à quelqu’un de très proche, nous ajoutons un autre mot, un bon ami, un ami proche, un meilleur ami, mon plus vieil ami.

 

Les américains ont à long terme, des amis proches. Ils partagent leurs problèmes avec chacun. Ils demandent de l’aide à chacun et acceptent de l’aide de leur part. Leurs amis peuvent même remplacer leur famille, à certains égards, parce que leurs familles peuvent vivre assez loin. Mais ces amitiés sont rares dans la vie de nombreux américains, peut-être plus rare que dans la vie des gens d’une autre culture.

 

Alors, que pouvez-vous faire?

 

Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux se sentent déçus de ne pas bien connaitre les américains. Quelques conseils:

 

- Bien que vous puissiez espérer que les américains vont vous inviter à apprendre à les connaître, ils ne peuvent pas. Ne soyez pas blessés ou ne le prenez pas comme un rejet. Faites le premier pas vous-même. Posez-leur une question au sujet de votre ville. Invitez-les à votre maison. Apportez-leur de la nourriture venant de votre pays.

 

- Avec un américain qui est sympathique, mais à un niveau superficiel, essayez de parler de la façon dont les amitiés sont différentes dans votre pays. La plupart des gens sont intéressés par ces sortes de différences culturelles, à condition qu'ils ne pensent pas que vous les critiquez.

 

- Essayez d'être un ami à votre façon. Vous pourriez avoir à essayer plusieurs fois, mais vous pouvez trouver un américain qui veut ce genre de relation plus étroite.

 

Pourquoi il vaut mieux un programme interculturel sur mesure

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 25, 2015 at 4:15 PM Comments comments (0)

Au cours des 20 dernières années, depuis que le monde est devenu une grande place de marché, des programmes de formation interculturelle ont gagné l'acceptation dans de multiples secteurs de toutes tailles. En fait, les anciennes et les nouvelles entreprises, les établissements universitaires et même les non-profits ont commencé à travailler à l'échelle internationale et avec les ressortissants étrangers, créant un besoin pressant pour la sensibilisation interculturelle.


La vérité sur les programmes de formation interculturelle

L'énorme demande de formation a donné naissance à tout un secteur consacré à offrir des solutions « hors de la boîte ». Malheureusement, ces programmes créent de grandes disparités en termes de valeur offerte par les différents programmes de formation.

En fait, de nombreuses entreprises offrent des informations ordinaires sur les pays spécifiques qui n'ont aucune pertinence par rapport aux besoins et aux buts d'une organisation particulière. Pour compliquer le problème, les milieux de formation des formateurs varient également considérablement, passant de formateurs professionnels ayant des diplômes supérieurs dans le secteur à ceux qui ont pris un cours d'un jour pour devenir «certifié» dans la formation interculturelle ou alors des formateurs qui ne connaissent le pays que de loin. Sans avoir vraiment pays dans les 2 pays de référence, il sera difficile d’offrir une formation adéquate.

Avec autant de choix, évaluer la qualité et l'efficacité d'un programme de formation peut être déroutant. Un programme interculturel doit être pragmatique et faire participer les participants, les inciter a poser les questions, a soumettre leurs a priori et leurs interrogations, ainsi que leur vécu.

La formation personnalisée est-elle un bon investissement?

Oui, un programme sur-mesure propose en effet une plus grande valeur. En fait, il existe une multitude d'avantages à un programme de formation interculturelle personnalisé y compris ceux énumérés ci-dessous.

1. Selon le type de formation demandée, plus orientée personnelle ou professionnelle, le choix du formateur et de la formation proposée sera crucial. Un employé d’une banque, envoyé aux USA n’aura pas le même besoins qu’un employé d’une startup dans le high-tech envoyé dans la Sillicon Valley. Les us et coutumes et les cultures d’entreprises et comportements seront différents indépendamment de la culture inhérente au pays.

2. Psychologie spécifique. Un programme sur mesure aide les participants à comprendre leurs propres préjugés et leur offre les outils pour travailler autour de l'écran de la perception.

3. Temps spécifique. Avec un forfait personnalisé de formation interculturelle, il est possible à la fois d’inclure et d’exclure autant de modules que nécessaire. Les formations personnalisées peuvent durer d’une demi-journée à plusieurs semaines à la fois et peuvent également inclure des séances de suivi pour assurer une intégration culturelle réussie.

Lorsque l’on souligne la nécessité d'une formation interculturelle au sein d'une organisation, il est toujours important de comprendre les avantages d'investir dans une solution personnalisée.

 

 

Thanksgiving, une fete pour remercier...

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 23, 2015 at 2:30 PM Comments comments (0)

Chaque année, les Américains aux États-Unis célèbrent la fête de Thanksgiving, le quatrième jeudi de Novembre. Mais beaucoup de familles ont leurs propres traditions qu'ils suivent chaque année. Voici quelques-unes des traditions communes associées à la «Journée de la dinde ».

 

La fête de Thanksgiving (dont le nom signifie "Action de grâce") est célébrée au Canada le deuxième lundi d’octobre et aux Etats-Unis le dernier jeudi du mois de novembre.

 

Cette fête est une journée d'action de grâces pour remercier Dieu d'avoir permis aux premiers colons venus d'Angleterre de s'installer sur le sol américain grâce à des récoltes abondantes. A l’origine ce repas avait été donné par les colons Américains pour remercier les indiens de leur avoir appris à cultiver le sol. En effet, le premier hiver fut particulièrement rigoureux et la moitié des colons ne survécurent pas. Mais au printemps suivant, des Indiens Wampanoag leur offrirent de la nourriture et leur apprirent à pêcher, chasser et cultiver du maïs

.

 

Les années ont passé et maintenant, plus généralement, pendant cette journée on rend grâce pour les bonheurs que l’on a pu recevoir dans l’année.

 

Voyage

Une des meilleures choses à propos de Thanksgiving est de passer du temps avec la famille. Beaucoup de gens vivent loin des membres de leur famille et parcourent de longues distances en voiture, en train ou en avion pour être avec leurs proches. Thanksgiving est le jour du voyage le plus animé de l'année!

 

Le festin

Les aliments traditionnels sont une grande partie de la célébration de Thanksgiving. Beaucoup de familles se réunissent pour la préparation du repas. Les aliments traditionnels comprennent la dinde, la farce, la sauce, les patates douces, le maïs, les pommes de terre en purée et la sauce de canneberge. Beaucoup de gens servent la tarte pour le dessert à la fin du repas. Les saveurs des tartes les plus populaires sont la citrouille, les noix de pécan, la patate douce et la pomme.

 

Aliments végétariens

Certaines familles choisissent de servir des dîners végétariens pour Thanksgiving au lieu d'une dinde farcie. Certaines personnes mangent la dinde végétarienne, qui est faite de tofu. D'autres préfèrent manger de la salade ou d’autres plats à base de fruits et de légumes.

 

Le découpage

Certaines familles taillent le bréchet de la dinde dans le cadre de leur célébration. Le bréchet se trouve attaché à la poitrine de la dinde. Après que la viande ait été enlevée et que le bréchet ait eu une chance de devenir sec et cassant, deux personnes prennent chacun une extrémité de l'os, font un vœu, et tire. Celui qui termine avec la plus grande partie de l'os exhaussera son souhait!

 

Pour plus d’information : consultez notre guide sur les traditions aux USA http://media.wix.com/ugd/67a0da_39d6d794dd0b4828a906a57f8043806c.pdf

 

Bon Thanksgiving !

 

Soutenons la France

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 14, 2015 at 11:55 AM Comments comments (0)

En Amerique du Nord des rassemblements et des marches silencieuses sont organisees. Pour plus d'information, consultez votre consulat ou votre French American Chamber of Commerce

La France se rassemble en Amérique du Nord (heures locales)

La France se rassemble en Amérique du Nord (heures locales) Samedi novembre

Canada

- Ville de Québec devant le Consulat de France à 15h

- Vancouver 19h30 devant la Galerie d’Art

- Montréal 15h devant le consulat sur MacGill

- Toronto 14h Nathan Phillips Square

- Grand Moncton : Dieppe à 18 h devant le centre des arts et de la culture https://www.facebook.com/events/445382598993572/

- Rimouski place des anciens combattants à 15 h

- Sherbrooke 15h Parc Jacques Cartier

USA

- Los Angeles, à 5 pm devant le consulat de France

- Houston, à 5 pm devant le consulat de France

- New York, à 2 pm devant l’arche du Washington Square Park

- San Francisco, à 5 pm devant le consulat de France

- Atlanta, à 5 pm devant le consulat de France

- Miami, à 5 pm devant le consulat de France

- La Nouvelle-Orléans, à 5 pm devant le consulat de France

- Chicago, à 5 pm devant le consulat de France

- Washington, à 5 pm à Lafayette Street

- Detroit Ste Anne de Détroit à 17h00 suivant une messe à l’intention des victimes des attentats de Paris à 1000 Ste Anne Street, Detroit, Michigan 48216,

- Fort Lauderdale, Oakland Pk Blvd & Federal Hwy a 12h

- Nashville 14h In front of Little Gourmand French market

2209 Bandywood Drive

Dimanche

USA

- Houston 17h, 6000 Hermann Park Dr, en présence du député Frédéric Lefebvre

- Chicago, 205-225 N Michigan Ave.

https://www.facebook.com/events/179460509065194/

- Boston Midi au Parkman Bandstand de Boston Common

- Kansas City: Dimanche 15:30 devant l'entrée du musée de la Première guerre Mondial (WW1 Museum).

- Midi à Moore Square, Raleigh, NC

Canada

- Ottawa 12h, au pied de la statue de Champlain (Nepean Point)

 

Egalement des marches silencieuses ont lieu dans toutes les villes des USA : Dans le Sud Est : Atlanta, GA; Charlotte, NC; Greenville, SC; Nashville, TN; and Raleigh, NC.

 

 


Paris 13 novembre 2015

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 13, 2015 at 7:20 PM Comments comments (0)

Pas de mot pour une telle horreur et tant de lâcheté. Ce vendredi 13 restera encore un moment gravé dans nos mémoires comme un moment d’horreur et d'intense lâcheté.


La fete des patrons ... aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 18, 2015 at 7:00 PM Comments comments (0)




Le Boss’s day aux USA: une idée à importer en France?

La fête des patrons : une belle fête aux Etats-Unis : quelle serait la conception en France ?

 

Nous avons reçu un cadeau vendredi dernier, une gift card dans notre restaurant préféré en l’honneur du « Boss's day » : c’est vrai qu’avec notre vision Française, cela peut paraitre étonnant voire même incongru et pourtant…. Je questionne quelques salariés dans d’autres entreprises et m’aperçois que c’est une fête plutôt suivie : certains m’expliquent que c’est grâce à leur patron qu’ils ont un job et peuvent nourrir leur famille et que si leur patron leur donne un bonus, c’est fantastique et non un dû… là je reste dans un état d’hallucination et d’illumination à la fois….Mem apres toutes ces annees aux USA, c'est toujours un choc...

Rappelons tout de même que la France a importé des USA la fêtes des secrétaires. En effet, créée aux État-Unis en 1951 puis importée en France dans les années 90, la Fête des secrétaires avait pour objectif initial de promouvoir ce métier afin de susciter des vocations. Par contre curieusement, RIEN pour la Fête des patrons....bien que le Boss’s day soit apparu aux USA en 1958 et quatre ans plus tard, en 1962, le gouverneur de l'Illinois Otto Kerner ait soutenu l'inscription de Haroski et ait officiellement proclamé la journée, cette journee est demeurée inconnue en France.. La popularité de l'événement s'est pourtant développée hors des États-Unis et ce jour est maintenant également observé dans des pays tels que l'Australie, l'Inde et l'Afrique du Sud.

Certaines personnes donnent des cartes de voeux, des certificats-cadeaux ou des fleurs a leur "Boss". Ce respect est de plus en plus populaire dans les différents lieux de travail pas seulement pour le PDG mais a tous les grades de la hierarchie (superviseurs).Il a reçu des éloges et des controverses.

 

En ce qui nous concerne, nous avons été très touchés de cette gentillesse, …..tout simplement. Un bon concept à exporter ….

 

Voici un petit aparté interculturel mais qui, à mon sens montre aussi pourquoi les entrepreneurs prennent plaisir à entreprendre aux Etats-Unis

Plus d'information: [email protected]

 

 

The French Paradox en 10 points

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 13, 2015 at 10:45 AM Comments comments (0)

Le phénomène, connu sous le nom de « paradoxe français », est le taux relativement faible de maladies cardiaques et d’obésité en dépit d’une forte consommation de produits a forte teneur en graisses saturées en France. Comment font les Français : ils boivent, ils mangent gras mais son skinny !


 

Le neuroscientifique Will Clover, qui a vécu en France pendant deux ans et qui a écrit The Fat Fallacy : Les secrets du régime français pour une perte de poids permanente, a observé que lorsque les Américains partent la bas pour y vivre, ils perdent du poids, et quand les français vont aux Etats-Unis pour y vivre, ils prennent du poids.

 

Les français boivent beaucoup de vins, mangent beaucoup de baguettes de pains, de croissants, de beurre, de crème, du pâté, de la pâtisserie et du fromage, une recette sure pour prendre du poids, n’est-ce pas ? Alors pourquoi leurs taux d’obésité et de maladies cardiaques sont beaucoup plus bas que dans les Etats-Unis ?

 

Mais bien que les français ne se privent pas et que leur vie ressemble à un buffet a volonté, ce n’est pas si facile et sans effort. Ainsi quelles sont les particularités d’un style de vie français qui mène à un taux faible d’obésité, de maladie cardiaque et qui a même une durée de vie plus longue ?

 

1. Le vin rouge

 

Le vin rouge est probablement le paradoxe français contributeur le plus connu. Quelques scientifiques pensent que l’habitude française d’une consommation modérée de vin rouge avec un repas est la clé du paradoxe français.


 

Les effets du vin rouge

 

-Une consommation modérée du vin rouge sur une base régulière peut être préventive contre les maladies coronariennes.

-il produit une action anticoagulante

-il peut empêcher le déclenchement et la progression de l’athérosclérose

-l’apport de vin rouge réduit le risque de formation de calcul rénaux

-avec ou sans alcool, le vin rouge diminue l’effet nocif du tabagisme sur l’endothélium.

 

Bien que le vin ait beaucoup de bénéfices, il ne raconte pas toute l'histoire et ses propriétés positives ne restent positives que SI et seulement SI consomme avec une grande modération et en prenant des vins de qualité. .

 

 

2. Manger lentement

 

Profiter est une chose merveilleuse pour l’antivieillissement, non ? Les français profitent et savourent leur nourriture. Ils ont tendance à gouter les aliments individuellement sans multiplier les ajours en sauce et autres choses tant aimées des Américains. Le cerveau prend environ 15-20 minutes pour commencer à signaler le sentiment d’avoir assez mangé. Ainsi, lorsque vous prenez votre temps avec de plus petites bouchées, vous goutez davantage la nourriture et vous êtes satisfait avec moins de quantité.

 

L'environnement physique français encourage de prendre son temps, de modérer les gros repas entre amis et de minimiser les fast-foods.

 

Les Américains ont une relation différente avec la nourriture qui exclut souvent la joie et le plaisir. Il est assez fréquent d'observer comment les gens avalent quelque chose tout en regardant l’ordinateur, parlant au téléphone, regardant la télévision ou en lisant.

 

D'après les observations chez McDonald, les chercheurs français et américains ont trouvé que le client américain moyen a passé 35% moins de temps à table. Les Français ont passé en moyenne 22,2 minutes à manger et rester assis chez McDonald, tandis que les Américains sont restés seulement 14,4 minutes.

 

3. De petites portions

 

Il est un fait avéré que les personnes mangent trop lorsqu’ils se servent un gros repas comparé à une petite portion de nourriture.

 

En partie, le paradoxe français peut être expliqué par le fait que les portions françaises sont notamment plus petites que les portions américaines. Bien que le régime français soit riche en beurre, crème, fromage et pâtisserie, les recherches démontrent qu’ils consomment moins de calories, entrainant une diminution du nombre de personnes en surpoids et obeses.


 

Une équipe mixte française-américaine de scientifiques de l’Institut National de Recherche Scientifique de France et de l’université a fait une étude comparative et a pu constater : :

 

• Une portion moyenne à Paris était de 25% inférieure à celle de Philadelphie (277 grammes contre 346 grammes).

• Les restaurants chinois à Philadelphie servaient des plats qui étaient 72% plus grand que dans les restaurants chinois parisiens.

• Une barre de chocolat à Philadelphie était plus large de 41% de plus que la même barre de chocolat à Paris.

• Une boisson gazeuse était plus grande de 53% et un hot-dog plus grand de 63% à Philadelphie qu'en France.

 

4. Une haute consommation de fruits et légumes

 

Le constituant important du paradoxe Français semble être le régime alimentaire riche en fruits et légumes comportant des fibres et des vitamines. Les études épidémiologiques montrent que la forte consommation de fruits et de légumes est associée à un moindre risque de mortalité par maladie coronarienne.

5. La qualité de la nourriture au-delà de la quantité

 

Les français mangent beaucoup moins d’aliments transformés que les américains. Peut-être que les français sont plus pointilleux que les américains au sujet de leur nourriture. De nombreux aliments transformés sont pleins de gras, graisses saturées, de sodium, de sucre et de conservateurs tandis que les français aiment leur nourriture pour être fraiche, savoureuse et soigneusement préparée.

 

Les marchés en plein air sont très populaires en France, et il est de coutume pour les gens d’acheter leurs produits la bas. Il est commun pour le français d’acheter son fromage chez le fromager, le pain chez le boulanger, la viande chez le boucher, et les fruits et légumes du marché en plein air. Ceci est bien souvent plus cher qu’à l’épicerie, mais les produits sont plus frais et de meilleure qualité.


 

 

6. La nourriture faite maison

 

La culture alimentaire française est fondamentalement différente de celle des américains. La plupart des personnes ont 3 repas par jour, les familles mangent ensemble des qu’elles le peuvent, la nourriture est culturellement importante. Indépendamment de leur origine sociale, les français cuisinent plus que les américains. Le fait maison offre un meilleur contrôle de la nourriture, et réduit la consommation de conservateurs, transformations grasses, sucre et sel.

 

7. L’autodiscipline

 

Les français sont plus conscients de la prise de poids et ont une culture de prudence après une période d’excès. Manger davantage une journée les conduit à faire plus attention pour la prochaine. Ils préfèrent procéder par des repas un peu plus léger que de faire des régimes amaigrissants.

 

8. Pas de « grignotage »

 

Les Français ont tendance à grignoter beaucoup moins que les Américains, à la place, ils essaient de manger plus régulièrement. S’ils font la collation, les Français choisissent souvent des fruits frais entre les repas.

 

9. Les boissons : eau/sodas

 

Les préférences pour les boissons viennent également en jeu. Les français boivent beaucoup d’eau en bouteille au lieu de boissons gazeuses. De plus en plus de types différents d’eaux sont lancés chaque année sur le marché français.

 

Selon les statistiques, les français consomment en moyenne 37.2 litres de boissons gazeuses par personne par année, comparativement à 216 litres par personne aux Etats-Unis. D’autre part, la consommation d’eau en bouteille est très élevée en France (146.6 litres par personne) et faible aux Etats-Unis (46.8 litres par personne).

 

10. Marcher, une vie "naturellement active"

 

Les français ne sont pas enclins à se précipiter à la salle de gym, cependant ils sont plus actifs physiquement simplement en marchant beaucoup. La marche quotidienne fait partie du mode de vie des français. Leurs rues sont agréables et sont remplies de piétons, la plupart des gens utilisent les voitures que pour les longs voyages. Conduire pour se rendre à un magasin d’alimentation à proximité serait considéré comme ridicule. Les gens, surtout dans les villes, marchent ou utilisent les transports public parce qu’en voiture on risquerait de se retrouver coincé dans le trafic. Ils ont à gravir les longs escaliers de métro.

 

Donc, le paradoxe français est plus que le caractère protecteur du vin rouge et de la consommation faible de calories. C’est une culture d’être physiquement actif, en savourant raisonnablement des portions d’aliments sains en addition d’une faible consommation d’aliments riches en matières grasses afin de savourer et de garder la philosophie de l’équilibre et de la modération.

 

Comprendre et embrasser les differences culturelles pour mieux s'integrer et mieux vendre

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 5, 2015 at 2:00 PM Comments comments (0)

Après avoir reçu un avis de performance positif, Sabine, une femme française en affectation pendant deux ans à Chicago, a trouvé son travail si bien qu'elle souhaitait prolonger son séjour dans l’entreprise.


 

Pendant ce temps, son patron John avait une impression très différente. Il pensait que Sabine ne travaillait pas du tout. Même si elle avait une énergie débordante et de l'enthousiasme, son travail était souvent bâclé a ses yeux. Il lui en avait parlé, mais elle semblait inconsciente. Même si sa performance a évolué, il voulait la laisser partir. (ne pas renouveler son contrat)

 

Comment deux personnes peuvent avoir de telles perspectives largement divergentes sur la même situation? Dans ce cas, il s’agit d’une mauvaise communication interculturelle, selon Erin Meyer, professeur à l'école de commerce française INSEAD et auteur de The Culture Map (PublicAffairs, 2014), un livre sur l’efficacité de la communication en entreprise dans un monde multiculturel.

 

L'anecdote, tirée du livre de Erin Meyer, montre comment les différences culturelles empêchent des communications efficaces dans le milieu du travail. Ces méprises peuvent nuire aux relations entre les entreprises et les clients répartis dans le monde entier.

 

Sabine et son manager aurait pu se comprendre s’ils en savaient plus sur les questions culturelles en jeu. Les gestionnaires américains accentuent souvent les points positifs et minimisent les aspects négatifs, formulant leur critique dans un langage encourageant pour amortir le choc. En revanche, les managers français ont tendance à passer sous silence les points positifs et fournissent des rétroactions directes.

 

La demande pour les programmes de formation dans les communications interculturelles a explosé au cours des dernières années, entraîné par le désir d'éviter de tels malentendus et de renforcer la compétitivité des entreprises sur le marché mondial. Malheureusement, il n'y a pas de consensus sur ce qui rend une telle formation efficace, bien que les experts soient d'accord sur deux points généraux:

 

• L'engagement à améliorer les communications interculturelles internes et externes doit faire partie de la culture de l'entreprise et doit s’appliquer à tous, et a tous les départements, que l’on soit dans un département scientifique ou marketing

 

• Beaucoup de programmes existants offrent un peu plus qu’une simple formation, savoir si vous devez vous incliner ou si vous devez serrer la main, tout en omettant d'aborder des questions plus profondes que l'impact de la communication.

 

Boeing: une approche mixte

 

Chez Boeing, présente dans plus de 28 pays dans le monde, les dirigeants utilisent des formateurs internes et externes, et un mélange d’approches et d’outils, cela, grâce a des modules en ligne à des après-midis séminaires pour former un-à-un les salariés, afin d’aider le personnel a devenir plus conscient culturellement.

 

Les travailleurs et leurs familles qui se lancent dans des affectations à l'étranger reçoivent une formation personnalisée, sensibilisée et des sessions d'orientation culturelle en ligne et avec un coach.

 

L'objectif est d'assurer que les employés "n’atterrissent pas juste dans un pays dont ils se présentent pour la première fois», explique Lisa-Marie Gustafson, SPHR, un gestionnaire de talent pour le groupe de gestion des fournisseurs de Boeing.

 

La société organise également des «lunch and learn » constitués d’entretiens culturels, de programmes de rotation des employés pour permettre au personnel étranger de travailler pendant neuf à 18 mois aux États-Unis. Les dirigeants de Boeing peuvent également prendre la "série de passeport" de sessions de formation, qui sont structurées et en salle de classe.

 

"La grande majorité de la formation dans les entreprises à travers le monde est sur les différences culturelles. Si les entreprises ne font rien, ils sensibilisent les gens de façon rapide et mal: Les Indiens font X; les Américains Y ", dit Andrew Molinsky, professeur agrégé à l'école de commerce international de l'Université de Brandeis.

 

Mais cela ne permet pas de remédier aux problèmes qui découlent des conflits culturels. "Le principal défi est de savoir comment adapter et ajuster leur comportement à la lumière de leurs différences et ce qui implique d'apprendre à agir en dehors de votre zone de confort culturel», dit Molinsky. "Je ne néglige pas le travail qui doit être fait. Mais c’est seulement un point de départ. "

 

Qu’est-ce qui est efficace?


 

Un bon programme de formation aborde les différences invisibles et subtiles entre des gens de différentes cultures. "Comment la confiance est différemment construite dans cette culture? Quelle est la manière la plus constructive de faire des critiques? Ces choses varient considérablement d'un pays à l'autre », dit Meyer. "Ce sont les différences qui influent le plus sur un lieu de travail, parce que même les employés qui travaillent souvent avec des collègues internationaux peuvent être totalement ignorant entre eux."

 

Lisa-Marie Gustafson, indique qu’il n’y a même pas environ 10 ans que de nombreuses entreprises américaines ont commencé à offrir des programmes visant à améliorer la communication en milieu de travail entre les différents groupes culturels.

 

Smruti Patel, un coach en leadership indique : "Le danger ... sont les employés qui ferment leurs yeux et la pensée, 'Oh mon Dieu, pas un autre programme de formation.» Voilà pourquoi la formation doit être plus stratégique », dit-elle.

 

Selon Patel, les entreprises feraient mieux de fournir un apprentissage intensif, un coaching personnel pour les gestionnaires qui sont conviés à des affectations à l'étranger au sein des équipes multinationales.

 

 

 

SAP est un géant de logiciel basé à Walldorf, en Allemagne, avec des implantations dans 130 pays. Il dispose d'un programme de diversité élaboré, qui comprend des formations cross culturelles.

 

Les employés qui entreprennent des voyages d'affaires à l'étranger peuvent accéder à des séances d'information culturelle en ligne. Tous les employés de SAP peuvent suivre une formation en salle de classe et recevoir un enseignement interactif. La société utilise un mélange de formateurs internes et externes et personnalise sa formation en fonction de la destination de l'emplacement et les besoins des employés.

 

Les employés dûment formés sauront:

 

• Quand adopter une approche «transactionnelle» ou pragmatique, et quand cultiver des relations avec des clients étrangers.

• Comment comprendre les humeurs.

• Comment sont représentés les membres du personnel étranger en dépit de ce qu'ils expriment publiquement.

• Comment interpréter correctement le langage du corps et d'autres indices non verbaux lorsqu'ils traitent avec des clients de différentes nationalités.

 

Travailler inconfortablement

 

Molinsky dit que la sensibilisation culturelle est seulement la moitié de la bataille.

 

Les meilleurs programmes de formation doivent également enseigner aux employés comment agir dans des situations culturelles qui les rendent mal à l'aise. La formation enseignerait idéalement des salariés de "la dextérité mondiale" - qui est aussi le titre du livre récent de Molinsky.

 

Iberdrola USA: A Work in Progress

 

A Iberdrola USA, les efforts de formation sont axés principalement sur l'harmonie interne au sein de la main-d'œuvre internationale et l’entreprise détient des contrats avec des formateurs externes qui enseignent aux employés les bases de différences linguistiques et les préférences pour l'espace personnel.

 

Les experts disent que la mondialisation a considérablement réduit l'écart commercial entre les nations, mais il n'a pas pour autant diminué le fossé culturel. Par conséquent, accorder une attention aux nuances de comportement n’est pas seulement une question de finesse culturelle; il est une nécessité pour les entreprises.

 

La demande des entreprises pour la formation de la sensibilité culturelle est en augmentation parce que la mondialisation a créé de nouveaux marchés étrangers, dit Neal Goodman.

"Nous jugeons les autres en fonctionde notre propre perspective culturelle. Nous avons rien d'autre que notre propre optique culturelle ", dit-il. "Sans une formation culturelle adéquate, nous ne pouvons pas voir la même situation sous plusieurs angles simultanément."

 

 

Avant de choisir ou de concevoir un programme de formation interculturelle, les directeurs des ressources humaines doivent évaluer de manière approfondie la main-d'œuvre et ses besoins.

La meilleure approche?


La plupart des programmes offerts aujourd'hui se concentrent sur la "congruence culturelle», ou l'assimilation des travailleurs d'une variété de cultures dans une culture d'entreprise commune. Mais pour être vraiment efficace, affirme Kolditz, les programmes doivent aussi enseigner la "différenciation culturelle», ou comment maintenir sa propre culture tout en reconnaissant la valeur que les autres cultures apportent à l'entreprise.

 

Combiner ces deux types de formation peut être le meilleur moyen de produire une main-d'œuvre qui réussira partout dans le monde.

 

 

Une des clefs de la réussite à l export : comprendre les différences interculturelles

Posted by Vanina Joulin Batejat on June 9, 2015 at 5:15 PM Comments comments (0)

En France, les secteurs du vin, de la nourriture en général, du luxe, des produits de beauté sont très exportateurs.

La vente à l’étranger est en effet choisie par beaucoup d’entreprises pour développer leur chiffre d’affaire. Exporter présente cependant de grands risques et on dénombre autant de réussites éclatantes que d’échecs cuisants. Ces échecs sont très souvent dus à une mauvaise connaissance des habitudes de consommation dans le pays visé ou à des problèmes de communication ou de management avec les collaborateurs ou la filière à l’étranger. La réponse à ces problèmes s’appelle : L’Interculturel.


Qu’est-ce que l’interculturel ?

L’interculturel intervient à chaque étape d’un projet d’exportation. Dès le début de votre plan à l’export il est indispensable de comprendre sa cible pour s’y adapter. Le marketing ne se fait pas de la même façon en Europe, en Chine ou aux Etats-Unis par exemple. En effet, le marketing aux Etats-Unis est beaucoup plus tourne vers la communication qu’en Europe. Les entreprises doivent savoir se mettre à la hauteur en termes de publicité et de présence sur Internet par exemple. L’Asie diffère de l’Europe surtout sur sa relation client qui est bien plus poussée qu’en Europe.

C’est d’ailleurs ce dernier point qu’a négligé Sephora et qui est une des raisons principales de son échec et de son retrait du marché Japonais. Sephora a en effet fait plusieurs erreurs interculturelles au Japon car la multinationale a voulu transposer son concept à l’identique entre l’Europe et l’Asie sans tenir compte des différences culturelles qui existent entre ces deux régions. Les consommateurs japonais n’ont pas les mêmes goûts en termes de parfum et d’accompagnement client que les consommateurs français. Les Japonais n’ont donc pas adhéré à ce concept et ont rejeté l’enseigne qui a dû se retirer du marché à peine 3 ans après y être entré en 1999. Comprendre les différences interculturelles est nécessaire en amont !


La formation interculturelle

Les acteurs impliqués dans un projet d’internationalisation d’une entreprise peuvent être classés sous deux catégories :

- Les immergés : Expatriés, impatriés, directeurs de région ...

- Les exposés : Directeurs de projets, acheteurs, cadres dirigeants, DRH internationaux …

Il est judicieux de former tous ces acteurs lors d’une internationalisation pour leur permettre de mieux connaitre l’environnement, les cultures et les habitudes de consommation en fonction de leur poste et de leur besoins.

Pour bien maitriser l’interculturel, il ne suffit pas de connaitre une culture mais de savoir appliquer ces connaissance dans la pratique. Il faut passer du savoir au savoir-faire puis au savoir-être.

Cette démarche peut être appréhendée en 5 points :

- Constat : Prendre conscience que des différences culturelles existent réellement.

- Connaissance : Découvrir et apprendre ces différences culturelles.

- Compréhension : Comprendre ces orientations et pratiques culturelles.

- Compétence : Développer des outils et du savoir-faire dans les interactions interculturelles.

- Comportement : Mettre en pratique ces connaissances grâce aux compétences acquises. C’est ici que le savoir-être interculturel intervient.

L’Interculturel intervient dans plusieurs domaines :

- Le domaine intellectuel : Connaitre la culture, la langue permet des décisions plus rapides dans un contexte incertain par exemple.

- Le domaine personnel : Comprendre les habitudes et les traditions locales, connaitre les motivations de son interlocuteur …

- Le domaine social : Dialoguer avec son interlocuteur, ne pas faire d’erreurs ‘diplomatiques’, adapter son discours …

 

L’Iceberg

La culture est souvent comparée à un iceberg.


La partie émergée constitue tous ce qui est visible : l’architecture, la nourriture, la musique, la langue etc. Même si cela peut paraitre beaucoup, c’est, finalement, assez peu par rapport à toute la partie immergée qui ne se voit pas. Malheureusement, c’est souvent cette partie immergée qui pose problème car elle est beaucoup plus difficile à comprendre et à appréhender.

La partie immergée concerne la communication, les rituels, les valeurs, la politesse, la hiérarchie, les représentations, les attentes … Toutes ces données sont plus difficiles à percevoir et il faut du temps pour bien les connaitre et pour ne plus commettre d’impaires.

Pour conclure, on peut remarquer que malgré le fait que nous vivons dans un monde de plus en plus ‘mondialisé’ les disparités culturelles existent et ne s’adaptent pas, ou peu, à cette mondialisation. Les cultures pouvant difficilement s’adapter aux relations internationales, c’est aux acteurs internationaux de s’adapter aux différentes cultures.

Plus d'informations pour des formations interculturelles: [email protected] 

 

 

 

 

 

 

Interculturel - Memorial Day

Posted by Vanina Joulin Batejat on May 20, 2015 at 2:45 PM Comments comments (0)

Memorial Day aux Etats-Unis

Un jour férié important aux USA

 

Memorial Day est un jour férié aux Etats-Unis qui est placé le dernier lundi du mois de mai. Cette fête est effectuée en l’honneur des soldats morts pour les Etats-Unis quel que soit le lieu et la date.

Elle a été créée après la guerre de Sécession et était appelée Décoration Day. Beaucoup d’américains profitent de cet évènement pour visiter les cimetières ou les mémoriaux dédiés à ces soldats. Des parades militaires défilent un peu partout aux USA le jour de Memorial Day. Non-officiellement, il marque le début de l’été et des vacances d’été pour certains.


Premières célébration du Memorial Day

La guerre civile a causé plus de morts américains que n’importe quel autre conflit dans l’histoire des Etats-Unis. A la fin des années 1860, les Américains ont commencé à observer un jour de recueillement pour les soldats tombés lors du conflit et commencèrent à décorer les tombes et à faire des cérémonies.

Il est difficile de déterminer exactement où ce jour de commémoration est apparu pour la première fois, malgré tout, en 1966, le gouvernement fédérale établit Waterloo, dans l’état de New York comme le lieu de naissance du Memorial Day. Cette ville a été choisie car elle accueille des cérémonies importantes parmi les plus anciennes recensées

Decoration Day

Le 5 Mai 1862, le Général John A. Logan, dirigeant d’une organisation de vétérans de la guerre de sécession, a demandé un jour de commémoration un peu plus tard dans le mois. « Le 30 mai, 1868, est désigné pour le faire l’objet de cérémonie de décoration des tombes des soldats morts pour défendre leur pays lors de la dernière rébellion et dont les corps gisent dans presque chaque villes, villages ou hameaux du pays » a-t-il déclaré. La date du Décoration Day, comme il l’appelé, a été choisi pour ne correspondre à aucune bataille connue.

Lors du premier Décoration Day, le Général James Garfield a fait un discours au cimetière national d’Arlington et 5 000 participants ont décoré les tombes de 20 000 soldats tant de l’Union (le nord) que de la Confédération (le sud). Beaucoup de villes du nord ont organisé des évènements commémoratifs similaires et ont repris cette tradition les années suivantes. En 1890, chaque Etat du nord avait fait de ce jour un jour férié. A l’inverse, beaucoup d’Etats du sud continuèrent à observer leurs propres jours de commémoration jusque la première guerre mondiale.

 

Evolution du Memorial Day

Le Memorial Day a ainsi tendu à être de plus en plus connu. A l’origine seulement célébré dans les Etats ayant participé à la guerre de sécession, il devient national après la première guerre mondiale. En effet, lors de la première guerre mondiale, les Etats-Unis se sont vus impliqués un autre conflit majeur et le Memorial Day a ainsi évolué pour commémorer tous les militaires américains morts lors d’une guerre.

Pendant des décennies, le Memorial Day a continué à être observé le 30 mai, la date que le Général Logan avait sélectionnée pour le premier Décoration Day. Mais en 1968, le congrès a passé l’Uniform Moday Act qui établissait le Memorial Day au dernier lundi du mois de Mai dans le but de créer un week-end de trois jours pour les employés fédéraux. La loi a était mise en application en 1971. Cette même loi établissait aussi le Memorial Day comme un jour férié fédéral.


Traditions du Memorial Day

Toutes les villes des Etats-Unis accueillent des parades chaque année, qui incorpore souvent du personnel militaire et des membres d’organisation de vétérans. Les plus grandes parades ont lieu à Chicago, à New York et à Washington D.C. Les Américains vont aussi visiter des cimetières et des mémoriaux. Sur une note plus joyeuse, de nombreux Américains organisent des barbecues, probablement parce qu’il symbolise le début de l’été.

 

Differences manageriales entre la France et les Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on April 1, 2015 at 11:20 AM Comments comments (0)


Avant de vous implanter aux USA ou d’accueillir un américain dans votre entreprise en France, vous devez savoir que les techniques managériale sont très différentes entre ces deux pays. 

 

  • Relation avec le travail

 Les Américains n’ont pas la même vision du travail que les Français.

Par exemple, les Américains sont très à cheval sur les horaires. Il est impensable d’arriver en retard à une réunion, par exemple. De plus, alors que les cadres français font partie de ceux faisant le plus d’heures supplémentaires non-rémunérée, il sera assez rare de voir un cadre américain rester plus tard le soir, si ce n’est pas un cas de force majeure.

Ceci est bien évidemment dû aux 35 heures mais pas seulement. En effet les Américains considèrent que faire des heures supplémentaires est la preuve d’une mauvaise organisation dans son travail.

En revanche les américains sont beaucoup plus impliqués dans la vie de leur entreprise. En effet, les Français s’estiment en moyenne moins bien informés que les salariés américains (46% pour les français contre 54% pour les américains). 

  • Relation avec les règles


 

On a tendance à voir les Américains comme étant très décontractés mais en réalité, ce n’est qu’une apparence, les entreprises américaines sont très réglementées et les Américains n’ont aucun problème à suivre ces règles. Par exemple, beaucoup d’entreprises, souvent de grandes entreprises, possèdent des dress-code pour règlementer la façon de s’habiller des salariés. La mise en place de telles règles peut être choquante pour les Français mais parait totalement normale pour les salariés Américains.

Par contre, en général la relation employée-employeur se fait sans contrat (éventuellement contrat de con-concurrence et confidentialitépour certaines positions. Sinon, tout est inscrit dans le règlement intérieur que les gens doivent signer et suivent sans peine 

Relation avec la hiérarchie

La culture française, en termes de relations interpersonnelles, se situe à peu près entre la culture méditerranéenne et la culture anglo-saxonne.

Les relations de travail à la française sont donc assez particulières pour les Américains comme pour beaucoup d’étrangers car cette position fait apparaitre de nombreuses contradictions. En effet, par exemple, en France la hiérarchie est considérée comme très importante mais en revanche, un subordonné ne respectera pas forcement les directives de son ‘supérieur’ si il ne comprend pas ou est en désaccord avec cette décision.

Aux Etats-Unis, c’est tout l’inverse, la hiérarchie semble moins évidente de première abord. Les discussions informelles se font d’égal à égal, si bien qu’il peut être difficile de distinguer le subordonnant du subordonné dans ce type de discussion. En revanche, quand le chef prend une décision, elle n’est jamais discutée ou remise en question.


Relation avec les collègues

Un autre point très important est l’esprit d’équipe. A l’affirmation ‘En premier lieu, mon entreprise attend de moi de l’esprit d’équipe.’, 46% des américains répondent ‘oui’ alors que ce chiffre est seulement de 26% pour les français. En effet, on demande aux salariés français plus d’autonomie, et en plus de ça l’autonomie n’a pas réellement la même définition en France et aux Etats-Unis.

En France, être autonome veut dire travailler seul et chercher un maximum à résoudre les problèmes sans déranger ses supérieurs, ses collègues. Il en résulte que les employés français négligent souvent l’importance d’informer leurs collègues sur l’avancement d’un projet ou même sur une solution qu’ils auraient développée pour résoudre un problème.

Aux Etats-Unis, en revanche, une personne autonome sait travailler seule mais ne négligera pas d’informer ses collègues ou ses supérieurs. La communication au sein des entreprises américaines est plus développée. C’est pourquoi un salarié américain attend de son manager qu’il soit toujours présent au bureau et qu’il soit vraiment à l’écoute des problèmes et des revendications.

 

Communiquer efficacement avec des Americains

Posted by Vanina Joulin Batejat on March 26, 2015 at 3:00 PM Comments comments (0)

De manière générale, les Américains sont assez ouverts, sympathiques, directs. Au moment d’une première rencontre dans le monde des affaires, les sujets de discussions sont plus ou moins similaires aux sujets en France, il est souvent bienvenu de parler du conjoint, des enfants de votre interlocuteur. Il est probable, si vous êtes aux Etats-Unis que votre interlocuteur vous parle de la France, des vacances qu’il a passées etc.


Les sports sont aussi des sujets de discussions appréciés aux Etats-Unis. Il peut être judicieux de se renseigner dans les journaux locaux sur les sports pratiqués et suivis dans votre région car il existe de nombreux sport aux Etats-Unis et leur popularité varie grandement d’une région à l’autre. La politique peut aussi être une bonne alternative, mais il vaut mieux en rester aux politiques économiques car il existe de nombreux sujets très controversés tels que la peine de mort, l’avortement, les droits des homosexuels selon les Etats ou vous vous trouvez …

Gérer une équipe « Good managers manage – Great Managers Coach ! »


Les qualités les plus importantes pour un directeur aux Etats-Unis sont le charisme, l’expérience et l’éducation. Les diplômes peuvent être importants pour gagner de la crédibilité au départ, mais par la suite, la qualité de votre travail et de vos décisions prendront le dessus. Il est très important aux Etats-Unis de ne pas être passif, vous serez plus respecté si vous vous engagez dans des projets qui échouent que si vous ne vous engager en rien.

Stop telling and Start Asking!

Le dialogue prend une place importante dans les décisions, il est nécessaire de prendre les décisions en commun. En revanche quand le dirigeant mais un point final à une discussion et prend la décision, celle-ci ne sera plus contestée par les employés.

D’autre parts, les Américains apprécie que leurs idées soit prisent en compte. Il n’est pas rare qu’un subordonné aille voir ses supérieurs hiérarchiques dans son bureau pour lui émettre une idée ou une solution qu’il a trouvé à un problème. 

Ainsi les employés sont habitués à être pris en compte et il est donc important qu’ils le sentent.

Motiver une équipe - “You have to trust in your employees”

Les Français et les Américains ne sont pas toujours motivés par les mêmes choses. En effet, même si les mêmes critères de motivations sont présents dans les deux cultures, leurs proportions varient.

La reconnaissance du travail accomplie est très importante dans les deux pays. Un salarié qui a l’impression de ne servir à rien ne se plaira pas dans son travail. L’augmentation des salaires est aussi un élément de motivation dans les deux cultures. Les différences se feront sur des critères plus matériels. En effet, les Français peuvent être motivés par une flexibilité dans les heures de travail et par plus de responsabilités. Les américains préfèrent voire leurs conditions de travail améliorés et une plus grande autonomie.

Connaitre la culture populaire


Pour comprendre une culture, il faut d’abord la connaitre. En effet, pour mieux connaitre vos subordonnés, collègues ou partenaires, il faut s’intéresser à ce qui les intéresse.

Télévision : Comédies de situation, talkshow et les évènements sportifs.

Sorties : Evènements sportifs, centres commerciaux, bibliothèques, clubs de conditionnement physiques, etc.

Films : Principalement des grosses productions.

 

Info

Si vous souhaitez plus d’informations sur l’interculturel ou sur les Etats-Unis en générale, n’hésitez pas à nous contacter par mail, par téléphone, sur notre site web ou sur les réseaux sociaux.

 

 

Quelle Assurance Sante depuis l'Obamacare

Posted by Vanina Joulin Batejat on March 12, 2015 at 7:25 PM Comments comments (0)

Quelle assurance santé choisir quand on s’expatrie aux USA ? Une conception differente de l'assurance en France et aux USA


Avec la loi Obamacare, les assurances santé ont beaucoup changé aux Etats-Unis. Obamacare a, en effet, bouleversé le marché des assurances santé en imposant des contraintes qui n’existaient pas jusqu’alors.

Mais aujourd’hui, la période de flou s’est achevée et les expatriés sont obligés de souscrire à une assurance. La loi est désormais claire et des sanctions sont appliquées en cas du non-respect de la loi.

Avant tout, voici un petit lexique :

Commençons par votre condition personnelle :

• Pre-existing condition : Si le diagnostic d’une maladie est antérieur à la signature d’un contrat d’assurance, une assurance a parfaitement le droit de refuser une couverture santé du fait de cette maladie préexistante. Mais elle ne peut en revanche, rompre un contrat d’assurance existant. En d’autres termes, si vous désirez changer d’assurance santé, assurez-vous que vous êtes couvert continuellement pendant la période de transition (par l’une ou l’autre…. C’est ce problème de conditions préexistantes que la réforme récente du Président Obama s’efforce de régler.

• Co-payment : Somme qui reste de toute façon à notre charge (même si on est assuré et que l’on paye à chaque visite chez le médecin (de l’ordre de 20 Dollars).

• Out of pocket maximum : Plafond maximum de ce qu’on pourrait avoir à sortir de notre poche.

• Deductible : Franchise, c’est-à-dire à partir de combien l’assurance commence à rembourser.

• Coverage et exclusions : Risques couverts et Non couverts par l’assurance.

• Network : Réseau de professionnels de la santé (voir PPO).

• Out-of-network : Médecins en dehors du réseau (voir PPO).

• Out-of-network coverage : Couverture de l’assurance en cas de visite chez un praticien hors réseau (cas des PPO).

Le cas des expatriés français

Le problème pour les expatriés français c’est que les assureurs français ne sont pas en conformités avec la loi et vont devoir quitter le marché américain. Ils seront d’ailleurs, évincés du marché américain avant le premier janvier 2016 s’ils ne se mettent pas en conformité.

Obamacare, Fonctionnememt

- Garanties santé illimitées

Obamacare interdit aux assureurs de poser une limite quant au montant de l’assurance pour les assurés. Les plafonds de dépenses annuels ne sont donc désormais plus possibles. De plus les pathologies « préexistantes » doivent être prises en charge par l’assureur. L’accent a aussi été mis sur la prise en charge du préventif et de la maternité.

- Les sanctions :

Le changement de système à créé de grands bouleversements dans l’organisation des assureurs aux Etats-Unis et, les assureurs non-américains ne vont plus avoir le droit d’utiliser le réseau de santé américain à partir du premier janvier 2016. Sans cet accès au réseau santé, l’assureur ne peut pas avancer les frais et donc deviens totalement obsolète aux USA.

De plus, les résidents aux Etats-Unis ne possédant pas d’assurance santé agrée Obamacare doivent régler une pénalité équivalente à 2,5% de leur revenus déclarés. Cette pénalité sera  amenée à grandir chaque année.

Quelle assurance prendre. Il est encore un peu tôt pour se prononcer. Des solutions commencent à voir le jour mais restent couteuses. Rester non assure aux USA est impossible. En dehors de la taxe à régler, les  coûts des frais de santé sont trop importants et même si on est couvert par la CFE en tant que Français, c’est loin d’être suffisant.

Nous travaillons avec des brokers en assurance qui étudient actuellement les solutions les plus efficaces pour les expatriés aux USA. Pour plus de renseignement, nous contacter pour que nous puissions vous mettre en relation avec notre broker spécialisé en la matière : [email protected]

 

Travailler avec les Americains

Posted by Vanina Joulin Batejat on February 25, 2015 at 12:40 PM Comments comments (0)

Avant de commencer avec des Américains, il est important de connaitre comment ils travaillent pour pouvoir vous adapter à leurs pratiques, à leur mentalité et à leurs méthodes.

 

Esprit de gagnant :


Les Américains aiment les défis. La compétition est présente à tous les stades de leur vie, dans leur scolarité, dans le sport, etc. Cet esprit se voit notamment dans la prise de risque, en effet, il est bien vu d’avoir pris des risque.

La prise de risque, et donc l’échec, est vu comme de la maturité et de l’expérience. Pour un Américains, l’échec fait partie de la vie et ils préfèrent une personne qui à essayé mais qui a échoué qu’une personne n’ayant pas essayé.

 

Pragmatisme :

Lorsque vous discutez affaires avec un Américain, évitez de vous étendre sur le côté technique de votre offre. Allez directement au but et pensez en quoi cette offre répond à un besoin et en quoi elle peut être profitable pour votre collaborateur.

Autre chose, ne parlez pas de vente ou de chiffre d’affaires mais parlez de profit. En effet, les affaires sont avant tout portées sur le profit. On parle d’ailleurs de profit plan en fin d’année et non de sales plan.

 

Neutralité :

Les Américains font une grande différence entre les relations personnelles et les relations professionnelles. Les discutions professionnelles sont souvent informelles mais leurs but n’en reste pas moins de créer une relation professionnelle.

Lors d’une confrontation dans le monde professionnel, une personne extérieure au conflit ne prendra pas partie. De plus lorsqu’un problème survient, il est traité de manière non-émotionnel, les réussites comme les échecs font partie du jeu.

Franchise : « Straight to the point »

Les Américains ne tourne pas autour du pot, lors d’une discussion, allez droit au but, indiquez vos objectifs, n’hésitez pas à parler d’argent. Lorsque que vous avez à faire à plusieurs interlocuteurs, il est souvent difficile de savoir leur relation hiérarchique car ils se parlent souvent de façon décontracter entre eux.

En revanche, si quelqu’un prend une décision, vous pouvez être sûr que c’est le plus haut placé dans la hiérarchie. En effet, même si ça ne se voit pas au premier abord, les relations hiérarchiques sont très importantes aux Etats-Unis, et quand un décideur prend une décision elle est rarement contestée par ses subordonnées.

 

Ponctualité :


Les Américains sont ponctuels et être en retard est souvent pris comme un manque de respect, surtout dans le nord-est des Etats-Unis. Si vous êtes en retard à une réunion, prévenez vos interlocuteurs avant d’arriver. De plus respecter le temps impartie à une réunion, si vous avez prévus d’y passé une heure, passez y une heure. Les horaires sont vraiment pris au sérieux.

Outils de communication :

Les Américains préfèrent souvent le téléphone aux mails car il permet d’avoir l’information en direct. Donc si vous souhaitez avoir les réponses par mail, indiquez-le car ce ne sera pas un réflexe pour vos collaborateurs.

De plus, vous devez avoir un site internet en anglais parfait, en effet, le sérieux et la visibilité d’une entreprise passe souvent par la qualité de son site internet. Ce dernier doit aussi absolument apparaitre sur votre carte de visite.

 

JE SUIS CHARLIE: ce soir rassemblement aussi a CHARLOTTE NC

Posted by Vanina Joulin Batejat on January 9, 2015 at 10:45 AM Comments comments (0)

Ainsi que le dit Alexis Buisson dans un bel hommage: "Chacun d’entre nous, Français des Etats-Unis, a eu une réaction différente face à ces images crues, choquantes. De la colère, de l’indignation, du dégoût, de la peine. Mais avant tout, une profonde tristesse. Tristesse de voir un totem national touché aussi crument par la violence du terrorisme"

Un atteinte a la liberte intolerable et a la democratie, 

Un océan nous sépare de la France, mais nous vous invitons donc à rappeler autour de vous qu’ « aux Etats-Unis, je suis Charlie aussi » .

Le President Barack Obama a effectué jeudi soir une visite surprise à l'ambassade de France à Washington pour signer le livre de condoléances en hommage aux victimes de la tuerie qui a décimé l'hebdomadaire satirique français.

"Au nom de tous les Américains, je fais part aux Français de notre solidarité après cette terrible attaque terroriste à Paris", a-t-il écrit. "En tant qu'alliés à travers les siècles, nous sommes unis avec nos frères français pour nous assurer que justice soit faite", a-t-il ajouté. "Nous avançons ensemble, convaincus que la terreur ne vaincra pas la liberté et les idéaux qui sont les nôtres, les idéaux que illuminent le monde. Vive la France!".

"C'est un geste très, très fort, exceptionnel"

Des rassemblements ont eu lieu et continuent d'avoir lieu aux USA pour rendre hommage et pour s'indigner contre cette atteinte a la liberte d'expression.

Pour ceux qui sont a Charlotte en Caroline du Nord; voici un message recu du consulat de France:

 

Je Suis Charlie


Silent Rally in Charlotte, NC - Freedom Park

Friday, January 9th 2015

5pm

In the aftermath of today's tragedy, the Francophone & Francophile population of Charlotte will unite and express their solidarity with the victims. This silent rally will unfold with solemnity and dignity.

 

When: Friday, January 9th, 2015 at 5pm

Venue : Amphitheater - Freedom Park

 

Suite aux évènements tragiques survenus aujourd'hui, les francophones de Charlotte s'unissent pour exprimer leur solidarité avec les victimes. Cette marche silencieuse se déroulera dans la solennité et la dignité.

 

Lieu de rencontre : Amphitheatre de Freedom Park. 5.00.

Date: Vendredi 9 janvier 2015

Des rassemblements continuent dans tous les Etats-Unis. Voici une liste que nous tenterons de mettre a jour le plus souvent possible:

Dimanche 11 janvier

 

Los Angeles : 12H30 Sur les marches de City Hall (Downtown), en présence de Frédéric Lefebvre

 

Chicago : 15H00 Daley Plaza, 50 W. Washington St

 

Las Vegas : 10H00 Devant le Casino Paris pour se terminer au pied de la statue de la liberté

 

Boston : 12h00 Au Parkman Bandstand / Boston Common

 

San Francisco : 14h00 Hôtel de Ville

 

Houston : 17H00 au Sam Houston Park (downtown)

 

Atlanta : 15H00-17H00 à l’angle de la 12th et de Piedmont Park

 

Washington, D.C. : A partir de 14H00 entre le Newseum (point de départ – 555 Pennsylvania Ave NW) et le National Law Enforcement Officers Memorial (point d’arrivée - East Street between 4th and 5th Streets)

 

Denver : 11h Civic Center Park, devant le Capitol du Colorado

 

Raleigh : 12h Moore Square, Downtown Raleigh

 

Royal Oak, Michigan : 15h à la fontaine de Royal Oak

 

Détroit : 15h à Royal Oak près de la statue en centre ville

 

Nashville : 09H00 PUBLIC SQUARE

 

San Diego : 13H00 parc Balboa dans le village international

 

Miami : 17H00 Bayfront Park

 

CANADA – Dimanche 11 janvier

 

Québec : 11h00 Point de départ devant l’Assemblée Nationale de Québec au 1045, rue des Parlementaires, Québec G1A 1A3 pour se diriger au Consulat de France sur la rue Saint-Louis à Québec en passant par la rue St Jean

 

Montréal : 11H00 Place des Arts

 

Vancouver : 12H00 Robson Square, 800 Robson Street

 

Ottawa : 15h00 Parc de la confédération

 

Calgary : 14H00 City Hall (800 mac led trail southeast)

 

Toronto : 14H00 Nathan Phillips Square – Toronto City Hall, 100 Queen West

 

Halifax : 13H00 Grand Parade Square au Centre ville

 

Edmonton : 18h30 place Churchill

 

ÉVÈNEMENTS PASSÉS

 

Mercredi 7 Janvier

 

New-York : 19H00 : Union Square

 

Washington : 19H00 : Newseum.

 

Chicago : 18H30 : Alliance Française de Chicago, 810 N Dearborn St

 

Houston : 18H00 : Residence du Consul, qui est situee: 1904 Kirby Drive

 

San Francisco : 19H00 : Consulat 88 Kearny Street #600

 

Boston : 18H00 : Consulat de France

 

Los Angeles : 18h00 : Figaro Café 1802 North Vermont Avenue

 

Seattle : 19h00 Consulat, 2200 Alaskan Way 490

 

Atlanta : 19h00 Centennial Park

 

Jeudi 8 Janvier

 

Atlanta : 17h00 Bistro Anis

 

Miami : 17h00 Bayfront Park en face du 200 Biscayne Boulevard

 

CANADA :

 

Mercredi 7 Janvier

 

Montréal

· 17H00 : Mairie de Montréal en présence du Consul général Bruno Clerc et Denis Coderre

· 18H30 : Consulat de France au 1501 McGill

· 19H00 : Union Française, en présence du Consul général Bruno Clerc, organisé par le journal L’Outarde Libérée

 

Québec : 18h00 : Consulat Général de France 25 rue Saint-Louis à Québec

 

Toronto : 18H00 : Consulat de France à Toronto, Yonge et Bloor.

 

Vancouver : 18H00 : Art Gallery

 

Calgary : 18H30 : City Hall

 

Winnipeg : 17h esplanade Louis Riel



Etats-Unis, expatriation: Noel. Un moment important

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 12, 2014 at 3:10 PM Comments comments (1)

Noël : une fête importante aux USA

La période de Noël aux Etats-Unis commence juste après Thanksgiving, le 4eme jeudi du mois de Novembre. Cette période est appelée The Holiday Season, et de nombreuses traditions y prennent place. C’est l’occasion pour les Américains de passer du temps en famille en allant voir des spectacles, des parades, etc.

 

Ambiance de Noël

Tous les ans, le samedi suivant Thanksgiving, un défilé exceptionnel est organisé à New York avec comme point d’orgue l’arrivée du Père Noël. Cette parade marque symboliquement le début de la période des achats de Noël.

 

En réalité, cette période d’achat commence le vendredi précédent, le célèbre « Black Friday » et lors duquel de grandes promotions sont organisées à travers les Etats-Unis. Ce Vendredi est donc l’occasion pour beaucoup d’américains d’effectuer leurs achats de Noël. Noël ayant un attrait commercial important, tous les magasins et grandes surfaces sont décorées minutieusement pour l’occasion.

 

Ceci fait aussi partie de ce que l’on appelle ici, l’esprit de Noel. Un peu de chaleur humaine, un peu de magie, des traditions, et aussi pour beaucoup le recueillement dans les églises car Noel reste aussi une fête religieuse pour beaucoup (notamment au Sud des USA) tout au long du mois de décembre.

 

Noël : entre traditions et religions

 

Pour beaucoup d’américains, Noël demeure avant tout une fête de famille, et pour beaucoup, notamment dans le Sud des USA c'est aussi une fête religieuse importante. Les églises accueillent un grand nombre de fidèles pour la messe de minuit, le 24 décembre et certaines églises aménagent des crèches, peuplées de personnages en chair et en os pour illustrer la naissance de Jésus.

 

Les traditions religieuses de Noël varient fortement d’une région à l’autre et dépendent souvent des populations d’immigrées s’y étant installées.

Traditions culinaires :

 

Il existe, comme en France de nombreuses traditions culinaires aux Etats-Unis. On préfère souvent le bœuf à la dinde lors du repas de Noël car la dinde est ‘réservée’ à Thanksgiving. De plus, ils cuisinent des petits gâteaux de Noël à déguster tout au long de la journée. Certains font aussi un ‘Christmas Ham’ surtout dans les Etats du Sud. Malgré tout, il existe de nombreuses tradition différentes en fonction des origines culturelles de chaque familles, il est donc impossible de tous les présenter ici.

 

Il existe aussi une autre tradition liée à la nourriture et qui n’existe pas en France, c’est le Président’s Cake, qui tous les ans est servi pour le réveillon de Noël de la maison blanche. Ce gâteau suit la même recette depuis près de 300 ans.

The Elf on the Shelf

 

On voit depuis quelques années un nouveaux phénomène appelé « The Elf on the Shelf ». Ce phénomène s'appuie sur un vieux compte américain très populaire qui raconte qu’un Elf est envoyé dans chaque maison pendant l’Avent pour surveiller les enfants. Les enfants doivent lui trouver un prénom et résister à la tentation de le toucher. Chaque nuit, le lutin retourne au Pôle Nord pour faire son rapport au Père Noël et il revient ensuite faire un mauvais coup dans la maison de ses hôtes. Depuis quelques années on voit que certains parents s'amusent à faire vivre cette légende. Chaque soir quand les enfants dorment, les parents installent le lutin ayant fait un mauvais coup.

 

Il existe de nombreuses traditions de ce type à travers les Etats-Unis qui donnent vraiment une aura particulière à cette période de l’année.

 


Ce bref aperçu des traditions américaines concernant Noël vous aura, je l’espère, permis de comprendre l’ambiance autour de la fin d’année aux USA. Quoi qu’il en soit permettez-nous de vous souhaiter un :