ReussirUSA

   S'implanter et exporter ses produits aux Etats-Unis avec Succes!

Ressources Etats-Unis-Blog Post New Entry

Vous souhaitez vous installer ou exporter vos produits aux USA,

www.reussirusa-business.com

est la pour vous aider !

view:  full / summary

Foire Aux Questions : Visa E-2

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 13, 2015 at 7:00 PM Comments comments (0)

Voici des questions qui sont souvent posees lorsque nos clients font une demande de visa investisseur.

N'hesitez pas a vous connecter pour plus d'information:


 

N’importe quel ressortissant étranger peut-il demander un visa E-2 ?

Si votre pays de citoyenneté a un traité avec les Etats-Unis, vous avez le droit de faire votre demande pour un visa E-2 investisseur. En général, beaucoup de pays européens et asiatiques ont des traités, tout comme beaucoup de pays des Caraïbes.

 

Je suis citoyen d’un pays « X » mais je vis dans un pays « Y », quelle est ma nationalité ?

Dans le cas d’un visa E-2 investisseur, la nationalité signifie le pays de votre citoyenneté, non le lieu où vous vivez actuellement.

 

Dois-je être un citoyen du pays de traité ?

Oui, chaque employé ou principal investisseur (propriétaire) de la société doit être un ressortissant du pays d’un traité sur la base de la propriété majoritaire de l’entreprise. En d’autres termes, si les ressortissants d’un pays « Y » possèdent la majorité des investissements de l’entreprise, alors tous les employés et les principaux investisseurs doivent aussi être des ressortissants de ce même pays pour être admissible à un visa E-2 investisseur.

 

Qu'en est-il des entreprises détenues à 50/50 par différents ressortissants des traités?

Si l’entreprise est détenue par deux étrangers ressortissants de pays issus de traités différents, chaque étranger peut être admissible à un visa E-2, tant que chaque personne possède une part, par exemple 50% de l’entreprise. Dans ce cas, l’entreprise peut avoir deux pays signataires. Parce que cela peut être difficile à prouver, il est fortement recommandé de demander conseil et valider le dossier avec un avocat spécialisé en immigration.

 

Combien de l’entreprise dois-je posséder pour un visa E-2 ?

L’entreprise doit être détenue en majorité par des ressortissants du pays du traité étranger. Cela signifie qu’au moins 50% de l’entreprise doit être détenue par des ressortissants étrangers du pays ayant un traite qui est la base de la demande du visa E-2 investisseur.

 

Par exemple, si vous êtes un des ressortissants Sud-Coréens, et les Sud-Coréens possèdent la majorité de l’entreprise, alors vous pourriez être en mesure de demander un visa E-2 investisseur. Il est nécessaire que le demandeur du visa possède la majorité de l’entreprise.

 

Comment est déterminée la nationalité d’une grande entreprise cotée en bourse ?

Pour une majorité, les entreprises publiquement tenues qui peuvent avoir un moment difficile pour établir la nationalité de l’entreprise à travers des rapports de propriété d’actions, l’entreprise peut être présumée avoir la nationalité du pays où ses actions sont initialement inscrites et négociées sur une bourse publique.

 

Il est important de noter que le lieu de constitution ou le principal lieu de l’entreprise n’est généralement pas pertinent pour déterminer quel pays de traité possède l’entreprise.

 

Les salariés ayant un visa E-2 doivent-ils être ressortissants du même pays que l’entreprise qui a fait la demande de visa E-2 ?

Oui, la règle est que le principal investisseur et les employés de l’entreprise qui demande le visa E-2 doivent avoir la même nationalité .

 

Qu’en est-il des membres de la famille ?

Les membres de la famille, comme l’époux et/ou les enfants peuvent être de n’importe quelle nationalité. Tant que vous avez un visa E-2 investisseur, votre conjoint et/ou enfants seront couverts par le visa du demandeur principal en qualité de dépendants.

 

Je ne suis pas sure de savoir rédiger un business plan. Votre entreprise peut-elle m’aider ?

Oui. Notre entreprise ReussirUSA avec nos partenaires, et pourra vous guider a toutes les étapes de votre demande de visa, recherche de fonds de commerce, business plan, visa….

 

Je vis actuellement dans un pays étranger. Puis-je toujours utiliser votre entreprise ?

Oui. Beaucoup de nos clients ne vivent pas aux Etats-Unis. Il est meme conseille de se faire assister par une entreprise présente aux USA qui saura vous guider avec des interlocuteurs locaux pour mener a bien votre demande.

 

Pour plus d’information : info@reussirusa.com

 

 

Visa E-2 : Que va rechercher l officier consulaire

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 11, 2015 at 1:45 AM Comments comments (2)


 

La procédure du Visa E-2 implique que l'investisseur E2 devra défendre sa demande avec un fonctionnaire du consulat Americain. Par conséquent, sa demande doit contenir certains documents, dont le business plan, pièce essentielle. Bien que les processus de soumission des demandes de visa E-2 sont en train de changer dans certaines ambassades, les exigences et les preuves que le fonctionnaire cherchera restent inchangées.

 

Avant d’envoyer votre demande pour le visa E-2

 

Faites réaliser votre business plan aux USA par un professionnel et faites-vous assister pour toutes les étapes nécessaires a cette demande de visa (info@reussirusa.com ). Par ailleurs, faites-vous aider par un avocat spécialise en immigration qui d’une part pré-validera votre projet avec vous et d’autre part saura présenter votre dossier a l’immigration. Rater ces étapes peut aboutir a un refus qui restera dans votre dossier pour le futur.

 

Le dossier adresse aux services d’immigration devra comprendre notamment :

 

 

  • la nationalité de votre entreprise,
  • démontrer que votre entreprise est prête a démarrer les opérations,
  • L’origine des fonds que vous allez utiliser pour ouvrir ou acheter votre entreprise
  • que ces fonds ont été investis,
  • et que vous avez un business plan solide.

 

 

Mais bien sûr, vous devrez d'abord trouver l'entreprise dans laquelle vous êtes prêt à investir ou mettre en place votre nouvelle entreprise. Ceci nécessite de vous faire aider sur place dans toutes les etapes (recherche de fonds ou locaux, mise en place de votre société, ouverture compte bancaire… )

 

Acheter ou créer une entreprise?

 

Certains investisseurs ont une idée précise de la nature de leur activité qu'ils veulent avoir aux États-Unis, d'autres rêvent de créer leur propre entreprise ici, et quelques autres n’ont aucune exigence sur cette partie.

 

Toutes les solutions sont égales à la lumière du droit de l'immigration: vous ne recevrez pas d’avantage évident en optant pour l'une ou l'autre de ces options en ce qui concerne l'évaluation de votre dossier par l'officier. Tant que la demande répond aux critères et que l'investisseur défend correctement son projet lors de l'entretien à l'ambassade ou au consulat des États-Unis.

 

Cependant, selon l'option que vous pouvez choisir, nous vous recommandons fortement vous faire assister sur place pour vous aider à trouver une entreprise fiable à acheter, ou vous aider à en créer une en fonction des spécificités locales.

 

En outre, le business plan sera une partie importante de votre dossier de demande, par conséquent, nous conseillons toujours à nos clients de rechercher de l'aide de la part d'un rédacteur de business plan expérimenté base aux USA.

 

La création de votre entreprise E2

 

Si vous achetez une entreprise existante ou si vous en créez une, vous devrez procéder à la création juridique de votre entreprise. La procédure administrative peut différer dans chaque État, mais cette étape devra être prise en premier lieu, dans le but de démontrer à l'agent que vous gérez ou avez l'intention de gérer une entreprise existante.

Cette étape sera aussi nécessaire pour la création du compte bancaire de la société, ce qui est crucial dans la démonstration de vos investissements actifs.

 

Les investissements dans votre entreprise E2

 

L'investisseur doit montrer à l'agent que l'entreprise est en cours d'exécution ou est prête à commencer son activité. Cette exigence est étroitement liée aux preuves que les investissements ont été effectués (achat de meubles ou de l'équipement, bail commercial, contrat avec clients, etc.).

 

L’origine des fonds de votre investissement

 

Lors de l’examen de votre demande E2, l'agent consulaire aura un regard très proche de l'origine des fonds que vous avez investis dans votre entreprise américaine. Il n'y a aucune obligation sur une origine spécifique des fonds, aussi longtemps que votre fichier montre leur traçabilité, donc leur légalité. Par exemple, les fonds peuvent provenir de la vente d'une entreprise, d'une succession, d'indemnité de licenciement ou autre allocation, d'un patrimoine, ainsi que d'un don, et des économies en cours.

 

Mais quelle que soit la provenance des fonds, vous devrez montrer que vous les possédez légalement, actuellement et que ces fonds ont été transférés aux États-Unis avant de présenter votre demande.

Pour toute information complémentaire et pour la mise en place de votre projet, n’hésitez pas à nous consulter : info@reussirusa.com

 

 

Travailler a distance remis en cause par Marissa Mayer

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 11, 2015 at 1:30 AM Comments comments (0)

Le travail à distance est une réalité dans la plupart des environnements commerciaux aujourd’hui. De grandes sociétés peuvent gérer de nombreux salariés à distance, mais les plus petites entreprises avec une préoccupation budgétaire et un nombre croissant de travailleurs indépendants participent aussi à la révolution de travail à distance.


 

Il y a une richesse d’informations disponibles quant aux aspects positifs du travail à distance. Et pourtant, Marissa Mayer de Yahoo a fameusement mis un terme au travail à distance, basé sur une croyance ou il serait bon pour les affaires de l’éliminer.

 

C'est digne d'intérêt, alors, de considérer honnêtement le pour et le contre du travail à distance avant de décider si c'est vraiment bon pour vous.

 

Les avantages : Ce qui est super dans le travail à distance

Quand vous ouvrez votre entreprise aux travailleurs à distance, votre bassin de talent potentiel s'étend immensément. Si les meilleurs candidats ne vivent pas à proximité et ne sont pas enclins à déménager pour n'importe quelle raison, votre activité peut toujours profiter de leurs compétences. Assemblant une équipe de salariés supérieurs de tout le pays ou même le monde est faisable et grâce à une variété de technologies interactives, il n'exige pas d'échanges « face-to-face ». De chers voyages d'affaires sont pratiquement éliminés, les exigences pour l'espace de bureau physique sont réduites et la productivité de salarié augmente souvent en raison de la flexibilité que le travail à distance permet.

 

Le bénéfice pour les employés est également clair. Ils peuvent travailler pendant leurs heures les plus productives et gérer les imprévus personnels avec une meilleure efficacité. Les temps de déplacement qui ajoutent du stress et qui réduisent la productivité disparaissent, les employés réduisent également leurs couts de transports.

 

Contrairement aux craintes de gestion que les employés se relâchent à la maison, de nombreux travailleurs distants atteignent davantage d’objectifs que les employés en bureau. Il peut effectivement y avoir moins de distractions et d’interruptions à la maison que dans un bureau.

 

Aussi, alors que les heures de travail à distance peuvent être inférieures, la possibilité de vérifier le courrier électronique ou de gérer les différentes tâches à tout moment signifie plus souvent si le travail est fait.

 

Les inconvénients: les défis du travail à distance

Beaucoup de gens voient la possibilité de travailler à distance soit comme une exigence ou une option à temps partiel lors de l'examen d'un nouveau poste, et l'intérêt pour de tels arrangements de travail flexibles ne semble être en croissance. Par conséquent, il n’était pas trop surprenant que Yahoo ait perdu beaucoup de gens avec son changement de politique.

 

Mais cela ne signifie pas que le changement de politique était un mauvais appel. Le travail à distance pose beaucoup de défis pour les entreprises et les employés, et certaines sources suggèrent que la décision de Mayer d’interdire le travail à distance a eu d'excellents résultats.

 

Voici quelques moyens dont le travail à distance peut rendre les choses plus difficiles pour les entreprises:

 

1. Les limites de la communication à distance


Il ne fait aucun doute que le chat vidéo, applications de messagerie, e-mails, textes, et les appels téléphoniques sont tous des outils précieux. De même, la capacité de partager des documents dans le cloud facilite certainement la collaboration. Même si, ces technologies ont des limites claires.

 

La communication écrite est reconnue pour créer des malentendus. Que ce soit dû à un ton ambigu ou aux messages mal formulés, les communications de va-et-vient pour clarification font perdre du temps. Les retards dans les temps de réponse, conduisant à des instructions supplémentaires, sont un autre détriment.

 

Il est beaucoup plus facile d'obtenir votre point de vue tout en visualisant directement le matériel avec quelqu'un. Les interactions peuvent être plus rapides et plus simples en personne, et il est aussi plus facile à expliquer et à résoudre les points de vue divergeant en face-à-face. Un environnement de bureau fournit en outre les chances de donner des avis, suscitant des idées qui pourraient ne pas venir en réunions institutionnalisées ou en communications à distance.

 

2. Un manque de cohésion de l'équipe

Un des plus gros défis de communication est la cohésion d'équipe - ou l'absence de celui-ci. Les réunions à distance ne sont tout simplement pas la même chose que la collaboration en personne. Il y a peut-être moins de sentiment de but commun, et cela peut prendre plus de temps pour établir la confiance et des relations de travail avec une équipe à distance qu’avec une équipe en personne.

 

Les employés qui travaillent séparément seront naturellement davantage concentrés sur leurs pièces individuelles que sur le tableau d'ensemble. Il peut être difficile de rester au courant des progrès réalisés par les autres et des développements ou les barrages routiers qu'ils ont pu rencontrer, ce qui ralentit finalement la productivité totale.

 

Collaborer en personne permet d’avoir des points de vue supplémentaires qui surviennent avant que le travail de quelqu'un aille trop loin sur un chemin singulier. Les équipes en bureau effectuent également un travail individuel et peuvent rencontrer des conséquences similaires, mais il y a encore plus de possibilités pour intervenir rapidement qu'avec des équipes distantes.

 

3. Les difficultés d'appropriation et de responsabilisation

L’interaction et la communication réduites dans une équipe à distance peuvent prêter à confusion sur les affectations de certaines tâches. Le suivi de clarification exige du temps et des efforts supplémentaires, ce qui pourrait pousser les employés hors site en faisant des hypothèses sur le travail plutôt que de supporter les tracas d'emailing et d'attente pour obtenir des réponses. Cette instabilité réduit la confiance, ce qui rend difficile pour les personnes de donner de la responsabilité. Cette instabilité peut aussi soulever des questions à propos des contributions d'un salarié ou la position dans une équipe, gênant la confiance.

 

Bien que ces incidents puissent certainement se produire à l'intérieur d'un bureau, les gestionnaires peuvent être plus susceptibles d'intervenir en personne.

La motivation est un autre problème. Certaines personnes ne sont tout simplement pas adaptées au travail à distance. Ils ne possèdent pas la discipline ou le tempérament pour prospérer dans un environnement solitaire.

 

4. Peu de reconnaissance

Une tâche supplémentaire que les employés hors site doivent gérer est de veiller à ce que la direction et d'autres membres de l'équipe reconnaissent leurs contributions. Les personnes extraverties n’auront aucune difficulté à parler, mais les employés introvertis peuvent avoir des difficultés à promouvoir leur travail. Il est plus facile pour l'œil d'un gestionnaire de tomber sur l'individu au calme dans une salle que sur un individu dans une réunion à distance. Des milieux de travail à distance peuvent convenir à des gens introvertis, mais ils peuvent aussi ajouter du stress en exigeant un certain niveau d'autopromotion.

 

Un autre problème potentiel pour les employés distants réside dans le fait de rater des occasions de travail. Être hors de la vue pourrait aussi signifier être hors de l'esprit des gestionnaires. Le contact direct offre une impression de fraîcheur lorsque de nouvelles affectations roulent, manquer trop d’opportunités pourrait nuire à la carrière de quelqu'un.

 

5. Epuisement précoce

Comme mentionné, de nombreux travailleurs distants sont plus productifs que leurs homologues en exercice. Pourtant, l'un des plus grands inconvénients personnels à ce type d'arrangement est l'épuisement professionnel. Les éléments mêmes qui contribuent à accroître la productivité, y compris être en mesure de vérifier les emails à la table du petit-déjeuner ou finir ce document important avant de se coucher, peut créer un état d'esprit de ne jamais être loin du travail. Les employés sont toujours à l'appel et peuvent se sentir obligés de le faire plus simplement parce qu'ils le peuvent. Il y a peu de temps mort réel et tous ces morceaux supplémentaires amènent facilement au surmenage et à l'épuisement. Les employés de bureau peuvent rester tard, mais une fois qu'ils rentrent chez eux, ils sont à la maison. Pour les employés distants, la maison est le lieu de travail.

 

Notre équipe doit être au bureau ou à distance?

Alors, quelle est la réponse? Les équipes à distance offrent des avantages solides pour les entreprises et les particuliers, mais les défis ne peuvent être ignorés. Les gestionnaires ont besoin de peser les deux côtés, peut-être sur une base individuelle. Certains travailleurs correspondent mieux dans un bureau; d'autres peuvent mieux performer lorsqu’il y a de la confiance et qu’ils peuvent travailler chez eux.

 

Les gestionnaires doivent aussi maintenir des communications régulières avec les employés distants, non seulement pour assurer qu'ils progressent, mais aussi pour assurer qu'ils ne faiblissent pas. Avoir un contact régulier est essentiel et inestimable, mais il crée également ses propres défis supplémentaires.

 

Suivre une tendance ou acquiescer aux demandes des employés ne suffit pas. La décision d'embaucher des travailleurs à distance exige une réflexion approfondie de tout employeur. Ce qui peut être bon pour certains peut ne pas être bon pour les autres.

 

Checklist pour entreprendre aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 11, 2015 at 1:10 AM Comments comments (0)

Beaucoup de nos clients ont besoin d’une feuille de route pour investir aux Etats-Unis et démarrer leur projet d’implantation.



Nous avons souhaité fournir un petit checklist qui n’est pas exhaustif mais donne de nombreuses ressources permettant de démarrer une entreprise aux USA avec un focus sur la Californie.

Démarrer une entreprise aux Etats-Unis est assez facile a condition d’être accompagné au début.

Il existe également des ressources pour obtenir des fonds. Néanmoins, ces ressources ne sont pas toujours valables pour les nouveaux arrivants.

N’hésitez pas à nous contacter et bonne lecture : info@reussirusa.com 

Checklist pour s’implanter aux USA et en Californie



 

 

 

 

L'amitie aux Etats-Unis, un concept different

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 1, 2015 at 3:50 PM Comments comments (0)

L’amitié aux États-Unis: trop, trop vite, puis pas assez.


Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux aux Etats-Unis disent que les américains ne savent pas ce qu’est la vraie amitié, ils semblent très sympathiques au premier abord, mais les amitiés ne se développent pas. Voici quelques réflexions qui pourraient expliquer les amitiés américaines.

 

Rappelez-vous que les américains apprécient l’indépendance. Demander de l’aide signifie être dépendant d’un ami. Les américains pourraient être disposés à accepter cette dépendance, s’ils ont vraiment besoin d’aide, mais ils essaient généralement autre chose en premier. Les américains peuvent également hésiter à offrir de l’aide à un ami, pour ne pas retirer l’indépendance de leurs amis. Les américains ont tendance à garder des relations, à un niveau concret. Si vous me donnez un cadeau, je dois vous donner un cadeau. Si vous m’invitez à diner, je vais vous inviter à diner prochainement. Si je vous donne de l’aide, vous devez me donner de l’aide en retour. Donc, les américains peuvent penser, que la manière dont je peux être un bon ami est de ne pas le forcer à me rendre quelque chose en retour.

 

Rappelez-vous que les américains seront probablement très directs s’ils veulent votre aide.

 

Les américains ont tendance à se tourner vers l’extérieur pour de l’aide dans des situations où les gens d’autres cultures se tournent vers la famille et les amis. Les américains parlent de leurs problèmes à des thérapeutes. Ils lisent des livres et des magazines pour les aider à élever leurs enfants. Ils demandent des avocats et des comptables pour organiser leur argent. Ils embauchent des tuteurs pour aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Peut-être que les américains font cela parce qu’ils se déplacent souvent de ville en ville, leur famille et leurs amis peuvent être dans d’autres régions du pays. Mais cela a aussi commencé à faire partie de la façon américaine de faire les choses. En conséquence, il y a des livres où vous pouvez trouver des conseils, des baby-sitters à appeler, des thérapeutes qui sont disponibles et formés pour aider. Donc, les américains les utilisent.

 

Beaucoup d’américains ont tendance à être très sympathiques au début d’une relation. Ils vous disent des choses personnelles, et vous posent des questions personnelles. Ils en plaisantent. Ils vous appellent par votre prénom. Ils vous présentent leurs conjoints et vous invitent dans leur maison. Si ce sont des signes d’un ami proche dans votre culture, vous pouvez être confus (et blessés) lorsque les américains ne se comportent pas comme des amis proches par la suite. Cela peut paraitre de trop, trop vite et ensuite plus assez pour vous. Mais cela correspond à de nombreux américains, en particulier ceux qui se déplacent souvent, ou qui vivent parmi les personnes qui se déplacent souvent.

 

Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux disent que les américains semblent très occupés. Ils passent rarement de longues heures dans un café avec un ami, ou à rester à la table du dîner jusqu'à minuit. Ce sont les endroits où se produisent probablement les conversations intimes, et les américains (en particulier ceux avec de jeunes enfants) les manquent.

 

Les américains utilisent le mot ami pour signifier une personne à qui j’ai parlé quelques heures. Les américains ne disposent pas d'un bon mot pour quelqu'un qui est plus proche que d'une connaissance, mais pas aussi proche qu’un ami. Vous connaissez la personne avec qui vous jouez au tennis toutes les semaines, qui connait tous les noms de vos enfants, et qui vous donne le meilleur endroit pour acheter vos chaussures, mais qui ne discute pas de choses personnelles avec vous et qui ne vous direz pas si vous faites quelque chose de stupide. Aux Etats-Unis, nous appelons cette personne un ami. Pour faire référence à quelqu’un de très proche, nous ajoutons un autre mot, un bon ami, un ami proche, un meilleur ami, mon plus vieil ami.

 

Les américains ont à long terme, des amis proches. Ils partagent leurs problèmes avec chacun. Ils demandent de l’aide à chacun et acceptent de l’aide de leur part. Leurs amis peuvent même remplacer leur famille, à certains égards, parce que leurs familles peuvent vivre assez loin. Mais ces amitiés sont rares dans la vie de nombreux américains, peut-être plus rare que dans la vie des gens d’une autre culture.

 

Alors, que pouvez-vous faire?

 

Beaucoup de nouveaux arrivants internationaux se sentent déçus de ne pas bien connaitre les américains. Quelques conseils:

 

- Bien que vous puissiez espérer que les américains vont vous inviter à apprendre à les connaître, ils ne peuvent pas. Ne soyez pas blessés ou ne le prenez pas comme un rejet. Faites le premier pas vous-même. Posez-leur une question au sujet de votre ville. Invitez-les à votre maison. Apportez-leur de la nourriture venant de votre pays.

 

- Avec un américain qui est sympathique, mais à un niveau superficiel, essayez de parler de la façon dont les amitiés sont différentes dans votre pays. La plupart des gens sont intéressés par ces sortes de différences culturelles, à condition qu'ils ne pensent pas que vous les critiquez.

 

- Essayez d'être un ami à votre façon. Vous pourriez avoir à essayer plusieurs fois, mais vous pouvez trouver un américain qui veut ce genre de relation plus étroite.

 

Le visa investisseur: ses specificites

Posted by Vanina Joulin Batejat on December 1, 2015 at 3:20 PM Comments comments (0)

Quels sont les prérequis et spécificités du visa investisseur, dit visa E-2

Les visas E-2 sont valables pour un maximum de cinq ans (avec droit de séjour de deux ans aux USA ce qui impose de sortir du territoire tous les 2 ans) et sont généralement renouvelables, indéfiniment, aussi longtemps que les conditions requises pour le visa E-2 sont toujours remplies au moment du renouvèlement du visa E-2.

 

Les exigences générales pour le visa E-2 investisseur sont :

1. Vous êtes d’un pays qui a un traité avec les Etats-Unis ;


2. Vous avez investi ou vous investissez activement un montant substantiel dans une societe que vous rachetez et que vous allez manager ou dans une société que vous allez créer.

3. Vous voulez venir uniquement pour développer, diriger ou gérer l’entreprise ;


4. Vous avez l’intention de quitter les Etats-Unis à la fin de votre séjour.

5. L’entreprise doit au moment de la remise du visa être sur le point de démarrer les opérations.. L’investissement des entreprises doit être une véritable entreprise opérationnelle qui produit un certain type de service ou de produit, et les fonds substantiels doivent être irrévocablement engagés.

 

Les avantages

Si vous êtes intéressés pour lancer une entreprise ou pour investir dans une entreprise aux Etats-Unis, le visa E-2 investisseur offre de gros avantages.

 

Lancer votre propre entreprise aux Etats-Unis

-Vous pouvez démarrer et mettre en place votre propre entreprise aux Etats-Unis et obtenir les mêmes protections que toutes les entreprises américaines bénéficient.

 

Travailler aux Etats-Unis sans carte verte basée sur l'emploi

-Vous serez en mesure de gérer et de diriger votre entreprise, sans la nécessité d’une carte verte basée sur l’emploi, ou une offre d’emploi. Ceci est très bénéfique, car cela peut souvent prendre plusieurs années pour obtenir une visa permanent a la suite d’un visa H1B ou L1 par exemple (Visa permanent basé sur l’emploi). De plus, le processus pour obtenir le visa E2 est beaucoup plus simple et rapide. Il n’en demeure pas moins que le faire sans se faire assister pour le business plan et sans se faire assister par un avocat immigration est risqué. Lorsque le visa est refusé, il est beaucoup plus difficile de pouvoir en obtenir un par la suite même avec avocat.

-En outre, il est possible d’avoir un visa E-2 supplémentaire délivré à certains de vos employés afin qu’ils puissent être en mesure de travailler avec vous pour gérer et faire croitre votre entreprise.

 

Les frais de dépôt moins chers

-Les frais pour le dépôt d’un visa E-2 investisseur ont tendance à être beaucoup moins couteux que les frais pour une carte verte basée sur l’emploi.

 

Extensions indéfinies

-Actuellement, le visa E-2 investisseur peut être étendu presque indéfiniment, aussi longtemps que vous répondez aux exigences d’extension du visa E-2 investisseur. Cela signifie que tous les cinq ans, vous pourriez être en mesure d’avoir l’extension de votre visa E-2 investisseur de sorte que vous pouvez continuer à travailler aux Etats-Unis, aussi longtemps que vous continuez à répondre aux exigences.

 

Réduction des délais de traitement

-Les visas E-2 investisseur sont traités en beaucoup moins de temps que les cartes vertes basées sur l’emploi. Une fois que les documents et formulaires pour une demande de visa E-2 investisseur sont prêts à être déposés, il faut compter environ 6 semaines au plus pour avoir votre entretien pouvant vous mener à la délivrance de votre visa.

 

Vous n’avez pas besoin de garder votre domicile à l’étranger

-Actuellement, le visa E-2 investisseur ne vous oblige pas à garder une résidence à l’étranger durant votre séjour aux Etats-Unis, aussi longtemps que vous affirmez que vous allez quitter les Etats-Unis lorsque votre période de séjour expire.

 

Accompagner les membres de la famille

-Les membres de la famille peuvent vous accompagnerons en qualité de E2 dépendants (vous pourrez couvrir vos enfants jusqu’à 21 ans). L’époux du détenteur de visa E2 peut demander un permis de travail et travailler dans toute entreprise.

 

Les exigences spécifiques


 

Est-ce que l’investissement des entreprises doit être pleinement opérationnel au moment du dépôt?

 

Non, l’investissement n’a pas besoin d’être pleinement opérationnel pour vous ou les employés admissibles de recevoir un visa E-2 investisseur. Cependant, le besoin d’investissement « actif » doit toujours être respecté. Cela signifie que l’entreprise ne peut pas être purement théorique lorsque vous postulez pour un visa E-2 investisseur. Il faut que votre entreprise soit prête a démarrer les opérations même s’il reste quelque travaux par exemple a faire.

 

Quel type et à combien l’investissement devrait être ?

 

L’investissement doit être substantiel : il n’y a pas de montant minimum mais il faut qu’il soit cohérent avec l’entreprise que vous allez mettre en œuvre. Typiquement, cela signifie que vous mettez activement en place des fonds pour le fonctionnement et la mise en place de la société. Les fonds doivent provenir de sources légitimes, et les fonds doivent être irrévocablement engagés.

 

De combien est un investissement « substantiel » ?


 

La nature de l’investissement substantiel dépend de plusieurs facteurs. Plus important encore, pour qu’un investissement soit substantiel cela dépendra de combien il en coute pour faire fonctionner et gérer l’entreprise. Parce que le montant du financement pour mener efficacement une entreprise dépendra des spécificités de l’entreprise, il n’y a aucun « nombre d’or » quand vous demandez le visa E-2 investisseur. En général, votre investissement doit être au moins de 60,000 – 80,000 dollars (bien qu'il puisse y avoir des exceptions, même à ce montant).

 

Si votre entreprise a beaucoup de frais généraux et opérationnels, le montant investi devra être plus élevé. Toutefois, si l’entreprise a des frais généraux faibles, alors le montant de l’investissement sera moins important. Plus important encore, le montant investi doit satisfaire au critère de « solidité ».

 

Quel est le critère de « solidité » ?

 

Selon le critère de « solidité », votre investissement doit être proportionnel à la valeur totale de l’entreprise particulière dans laquelle vous investissez, ou l’investissement doit être un montant qui est généralement considéré comme nécessaire pour lancer et rendre votre entreprise viable.

 

Un restaurant de 100 personnes en plein cœur de Manhattan ne demandera pas le même investissement qu’un petit snack en Floride ou une société de consulting. Il faut vraiment démontrer que votre investissement est suffisant pour supporter et faire prospérer l’entreprise.

 

Mon investissement doit-il être complètement engagé.

 

Oui, seuls les investissements que vous risquez personnellement dans le cas où l’entreprise échoue seront comptabilisés. Vous devez démontrer aux yeux de l’immigration que vous êtes personnellement financièrement lié à la réussite ou à l’échec de votre entreprise.

 

Est-ce que mon investissement d’entreprise a besoin de créer des emplois ?

 

Au départ, il n’est pas nécessaire pour votre entreprise de créer de l’emploi. Cependant, votre business plan devrait indiquer que l’entreprise va créer des emplois à l’ avenir.

 

Selon les exigences du visa E-2 investisseur, votre investissement ne peut pas être de nature marginale. En d’autres termes, votre entreprise ne peut être créée que pour vous soutenir vous et votre famille. Votre entreprise doit a terme pouvoir générer des emplois et être bénéfique pour l’économie Américaine.

 

Qu’est-ce qu’un investissement « marginal » ?

 

Pour que l’investissement se qualifie pour un visa E-2 investisseur, votre investissement ne doit pas être marginal. La meilleure façon de montrer que votre investissement ne sera pas marginal est d’avoir des preuves qui démontrent que votre entreprise est susceptible d’embaucher des travailleurs américains, grâce à la réussite de votre entreprise.

 

Un visa E-2 investisseur peut être refusé s’il semble que l’investissement de l’entreprise a été créé uniquement pour vous soutenir vous et votre famille. Rappelez-vous, ce devrait être une entreprise que vous envisagez de croitre, et l’embauche d’autres employés (autre que votre famille) devrait faire partie de votre business plan.

 

Qu’est-ce que cela signifie d’avoir un rôle « essentiel » dans l’entreprise ?

 

Lorsque vous faites la demande de visa E-2 investisseur, vous devez démontrer que vous allez manager votre entreprise.

 

Les catégories d’individus suivantes sont considérées comme avoir un « rôle essentiel » :

1. Principal investisseur ;

2. Les ressortissants du traité qui servent dans une capacité managériale ;

3. Les ressortissants du traité qui servent dans les capacités techniques qui exigent la formation spéciale et des qualifications dont chacun travaille pour lancer l’entreprise, former ou surveiller d’autres salariés, ou contrôler continuellement et développer l’amélioration de produit et le contrôle de qualité.

 

Les employés, autres que les investisseurs originaux, doivent être essentiels pour le fonctionnement de l’entreprise. Les employés de base, tels que le service à la clientèle ou les postes de garde, ne sont généralement pas qualifiés comme essentiels.

 

Plus d’information : info@reussirusa.com


 

Regles de base pour demarrer son entreprise aux USA

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 25, 2015 at 4:30 PM Comments comments (1)

Démarrage d’une entreprise en tant que ressortissant étranger

 

Pénétrer le marché américain peut-être une expérience entrepreneuriale enrichissante pour beaucoup d’entreprises étrangères. Parce que la citoyenneté et le fait de résider dans le pays ne sont pas pris en compte, les ressortissants étrangers sont en mesure de démarrer ou développer une activité sur le sol américain sans pour autant qu’il y est davantage de « paperasse » que pour un propriétaire d’entreprise d’origine américaine.

 

Les différentes étapes de démarrage d’une entreprise étrangère aux Etats-Unis :

 

- Les entreprises étrangères sont incorporées au niveau de l’Etat aux Etats-Unis. Le processus varie d’un Etat à un autre mais implique généralement deux étapes :

La demande d’inscription dans un Etat en particulier, l’établissement d’un agent enregistré avec une adresse valide dans l’Etat en question. Un agent enregistré peut être soit, le propriétaire de l’entreprise, ou alors une autre personne qui est autorisée à recevoir des documents juridiques au nom de l’entreprise.

 

- Le reste des étapes de démarrage sont similaires à celle auquel pourrait être confronté un citoyen Américain. La répartition des differentes étapes de démarrage d’une entreprise comprend les informations sur la dénomination de votre entreprise, les licences et permis exigés ainsi que les questions fiscales.

 

- Etablir une présence commerciale sur Internet aux Etats-Unis par le biais d’un site Internet marchand par exemple, est un choix populaire pour beaucoup de propriétaires d’entreprises étrangères. Vous pouvez en lire plus concernant les ressources générales pour les commerces en ligne, y compris les réglementations concernant la vie privée ou la publicité https://www.ftc.gov/tips-advice/business-center/advertising-and-marketing/online-advertising-and-marketing" target="_blank">ici, avec les informations spécifiques sur les ventes internationales.


 

Importation de produits aux Etats-Unis :

 

- Le ministère du « commerce international » fournit des informations et des liens internet pour les procédures d’importation. (Lien : ici )

 

- Travailler avec un courtier en douane agrée pourrait être un atout précieux pour votre plan d’importation. Un courtier en douane prépare tous les documents requis pour l’importation de marchandise. Pour en apprendre davantage au sujet des lois et des règlements applicables aux courtiers en douane, y compris les exigences procédurales d’autorisation d’importations, regarder le guide lié aux transports et à la logistique.

 

- De nombreux produits importés et exportés sont régulés par l’agence fédérale et peuvent nécessiter des licences et des permis spécifiques.

 

Les informations fiscales pour une entreprise étrangère :


 

- Le code des impôts américain peut être déroutant, même pour les citoyens eux-mêmes. La violation de tout impôt sur le Chiffre d’affaires, salaires, revenus, etc.., peuvent entrainer des frais et des pénalités. L’IRS propose un guide spécifique sur le commerce international, mais si vous avez davantage de questions, il est toujours plus sûr de vérifier avec un avocat ou un comptable qualifié. 

- Les citoyens américains auront probablement besoin d’un numéro d’identification à l’emploi pour démarrer leur activité, un processus qui nécessite leur numéro de sécurité sociale (SSN). Dans le cas des entreprises étrangères, un numéro d’identification fiscale individuelle de « ITIN » suffira. L’IRS publie ces chiffres de traitement fiscal à 9 chiffres, à des individus qui sont tenus de payer des impôts mais qui ne sont pas admissibles pour un « SSN », y compris les résidents et non-résidents étrangers et les ressortissants étrangers.  

- Vous pouvez être tenu de déposer le formulaire IRS 5472 qui s’applique aux sociétés américaines qui ont au moins un propriétaire étranger qui détient 25% des actions, pour tenir compte de la nature des transactions monétaires. 

- Il y a aussi des crédits spéciaux et des incitations fiscales disponibles pour les entreprises, y compris les conventions fiscales étrangères. L’IRS propose une vue d’ensemble des ressources de la convention fiscale ici.

 

 

 

 

 

 

Pourquoi il vaut mieux un programme interculturel sur mesure

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 25, 2015 at 4:15 PM Comments comments (0)

Au cours des 20 dernières années, depuis que le monde est devenu une grande place de marché, des programmes de formation interculturelle ont gagné l'acceptation dans de multiples secteurs de toutes tailles. En fait, les anciennes et les nouvelles entreprises, les établissements universitaires et même les non-profits ont commencé à travailler à l'échelle internationale et avec les ressortissants étrangers, créant un besoin pressant pour la sensibilisation interculturelle.


La vérité sur les programmes de formation interculturelle

L'énorme demande de formation a donné naissance à tout un secteur consacré à offrir des solutions « hors de la boîte ». Malheureusement, ces programmes créent de grandes disparités en termes de valeur offerte par les différents programmes de formation.

En fait, de nombreuses entreprises offrent des informations ordinaires sur les pays spécifiques qui n'ont aucune pertinence par rapport aux besoins et aux buts d'une organisation particulière. Pour compliquer le problème, les milieux de formation des formateurs varient également considérablement, passant de formateurs professionnels ayant des diplômes supérieurs dans le secteur à ceux qui ont pris un cours d'un jour pour devenir «certifié» dans la formation interculturelle ou alors des formateurs qui ne connaissent le pays que de loin. Sans avoir vraiment pays dans les 2 pays de référence, il sera difficile d’offrir une formation adéquate.

Avec autant de choix, évaluer la qualité et l'efficacité d'un programme de formation peut être déroutant. Un programme interculturel doit être pragmatique et faire participer les participants, les inciter a poser les questions, a soumettre leurs a priori et leurs interrogations, ainsi que leur vécu.

La formation personnalisée est-elle un bon investissement?

Oui, un programme sur-mesure propose en effet une plus grande valeur. En fait, il existe une multitude d'avantages à un programme de formation interculturelle personnalisé y compris ceux énumérés ci-dessous.

1. Selon le type de formation demandée, plus orientée personnelle ou professionnelle, le choix du formateur et de la formation proposée sera crucial. Un employé d’une banque, envoyé aux USA n’aura pas le même besoins qu’un employé d’une startup dans le high-tech envoyé dans la Sillicon Valley. Les us et coutumes et les cultures d’entreprises et comportements seront différents indépendamment de la culture inhérente au pays.

2. Psychologie spécifique. Un programme sur mesure aide les participants à comprendre leurs propres préjugés et leur offre les outils pour travailler autour de l'écran de la perception.

3. Temps spécifique. Avec un forfait personnalisé de formation interculturelle, il est possible à la fois d’inclure et d’exclure autant de modules que nécessaire. Les formations personnalisées peuvent durer d’une demi-journée à plusieurs semaines à la fois et peuvent également inclure des séances de suivi pour assurer une intégration culturelle réussie.

Lorsque l’on souligne la nécessité d'une formation interculturelle au sein d'une organisation, il est toujours important de comprendre les avantages d'investir dans une solution personnalisée.

 

 

Thanksgiving, une fete pour remercier...

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 23, 2015 at 2:30 PM Comments comments (1)

Chaque année, les Américains aux États-Unis célèbrent la fête de Thanksgiving, le quatrième jeudi de Novembre. Mais beaucoup de familles ont leurs propres traditions qu'ils suivent chaque année. Voici quelques-unes des traditions communes associées à la «Journée de la dinde ».

 

La fête de Thanksgiving (dont le nom signifie "Action de grâce") est célébrée au Canada le deuxième lundi d’octobre et aux Etats-Unis le dernier jeudi du mois de novembre.

 

Cette fête est une journée d'action de grâces pour remercier Dieu d'avoir permis aux premiers colons venus d'Angleterre de s'installer sur le sol américain grâce à des récoltes abondantes. A l’origine ce repas avait été donné par les colons Américains pour remercier les indiens de leur avoir appris à cultiver le sol. En effet, le premier hiver fut particulièrement rigoureux et la moitié des colons ne survécurent pas. Mais au printemps suivant, des Indiens Wampanoag leur offrirent de la nourriture et leur apprirent à pêcher, chasser et cultiver du maïs

.

 

Les années ont passé et maintenant, plus généralement, pendant cette journée on rend grâce pour les bonheurs que l’on a pu recevoir dans l’année.

 

Voyage

Une des meilleures choses à propos de Thanksgiving est de passer du temps avec la famille. Beaucoup de gens vivent loin des membres de leur famille et parcourent de longues distances en voiture, en train ou en avion pour être avec leurs proches. Thanksgiving est le jour du voyage le plus animé de l'année!

 

Le festin

Les aliments traditionnels sont une grande partie de la célébration de Thanksgiving. Beaucoup de familles se réunissent pour la préparation du repas. Les aliments traditionnels comprennent la dinde, la farce, la sauce, les patates douces, le maïs, les pommes de terre en purée et la sauce de canneberge. Beaucoup de gens servent la tarte pour le dessert à la fin du repas. Les saveurs des tartes les plus populaires sont la citrouille, les noix de pécan, la patate douce et la pomme.

 

Aliments végétariens

Certaines familles choisissent de servir des dîners végétariens pour Thanksgiving au lieu d'une dinde farcie. Certaines personnes mangent la dinde végétarienne, qui est faite de tofu. D'autres préfèrent manger de la salade ou d’autres plats à base de fruits et de légumes.

 

Le découpage

Certaines familles taillent le bréchet de la dinde dans le cadre de leur célébration. Le bréchet se trouve attaché à la poitrine de la dinde. Après que la viande ait été enlevée et que le bréchet ait eu une chance de devenir sec et cassant, deux personnes prennent chacun une extrémité de l'os, font un vœu, et tire. Celui qui termine avec la plus grande partie de l'os exhaussera son souhait!

 

Pour plus d’information : consultez notre guide sur les traditions aux USA http://media.wix.com/ugd/67a0da_39d6d794dd0b4828a906a57f8043806c.pdf

 

Bon Thanksgiving !

 

Immobilier: Ou investir aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 23, 2015 at 2:25 PM Comments comments (0)

Avec la stabilisation du marché du logement et la hausse spectaculaire des prix de l'an dernier (sur une base nationale), il n’est pas aussi facile de parcourir rapidement les maisons pour faire du profit. Au lieu de cela, maintenant il pourrait être plus avantageux de penser à acheter un logement pour le long terme.


 

Que vous soyez un investisseur qui cherche à trouver quelques immeubles locatifs ou un jeune professionnel intéressé par l'achat d'une première maison, il y a beaucoup d'endroits où le logement doit être un pari assez sûr. La clé est d'acheter dans les villes avec une forte croissance de l'emploi, où les gens se déplacent, de sorte que le nombre de locataires potentiels pour les futurs propriétaires soit abondant. Nous nous sommes rapprochés du Local Market Monitor, une entreprise de données basée en Caroline du Nord qui permet de suivre les prix des maisons et la conjoncture économique dans 300 villes aux USA afin de déterminer les Best Buy cities 2015, le top 20 du marché du logement pour investir en 2015-2016

 

Le Local Market Monitor a fait des projections statistiques sur plus de 105 plus grandes régions métropolitaines (une dénomination géographique utilisée par l’US Census Bureau qui comprend généralement une ville-centre et ses banlieues environnantes), toutes avec des populations d'au moins 550,000 habitants. Chacune de nos Best Buy cities ont une forte population, une forte croissance en termes d’emplois, et les prix des maisons sont relativement faibles.

Dans la plupart, mais pas toutes les villes, les maisons sont encore sous-évaluées, d'après les calculs du Local Market Monitor. (L'année dernière, les valeurs de la maison moyenne dans chaque ville sur notre liste Best Buy ont été examinées sous le marché;). Cette année, quatre villes ont atteint le point où les prix sont un peu en légère surchauffe : Salt Lake City, West Palm Beach, Denver, et Austin. Bien que, compte tenu de leurs fondamentaux, ces villes restent un pari assez sûr.

 

Pour évaluer si les maisons dans un marché particulier sont sur- ou sous-évaluées, le Local Market Monitor calcule ce qu'il appelle «l'équilibre Prix d’Accueil» ou le «Prix de Revenu ». Essentiellement, cette mesure vise à saisir ce qu’est le prix moyen d'une maison pour un marché particulier sans spéculation et distorsions (comme le crash du logement). Ce Prix de Revenu correspond au revenu moyen de la région sur plusieurs années. « Dans tous les marchés, il y a une relation relativement fixe entre les prix des maisons et des revenus», explique Winzer. «Quand les prix montent au-dessus de ce niveau, c’est vraiment lorsque les marchés sont trop chers. Dans cette forte récession de l'immobilier, les prix ont augmenté en vertu de ce prix sur le revenu ». Lorsque les maisons sont sous le prix d'équilibre ou de revenu, les investisseurs peuvent se sentir assez confiants pour se faire un bon retour.

 

Les villes de notre liste sont des lieux où les opportunités sont à la hausse, et donc leurs populations aussi. Bien que notre top 20 puisse offrir de bonnes opportunités d'investissement, nous avons privilégié ceux qui ont la plus forte croissance démographique, qui devraient promettre un approvisionnement régulier de locataires. Par exemple, en plein essor, Austin, Texas (n ° 1), et Grand Rapids, au Michigan (n ° 20), affichent 3,6% et 3,7% de taux de croissance annuelle de l'emploi, respectivement, selon les derniers chiffres du Bureau of Labor Statistics, les deux battent la moyenne nationale de 2%. La population de la région métropolitaine d’Austin a connu une augmentation impressionnante de 8,9% entre 2010 et 2013, tandis que Grand Rapids a progressé à un rythme plus lent de 2,8%. En conséquence, Austin obtient un rang plus élevé. (En moyenne, pour les marchés à travers le pays, la croissance démographique a été relativement stable à moins de 2% pour une période de trois ans, selon les données du recensement américain. Ainsi, toutes les Best Buy cities se débrouillent mieux que la moyenne nationale).

 

L'inconvénient de la population à forte croissance, pour les investisseurs qui viennent juste d'entrer sur le marché, est l’augmentation rapide du prix des maisons.. "Les marchés chers comme San Francisco sont de mauvais endroit pour investir dans les maisons unifamiliales," dit Winzer. "

 

Compte tenu de solides moteurs économiques comme l'industrie de l'énergie à Houston et la les industries technologiques à Austin, il n’est pas surprenant que le Texas soit l'état avec le plus de Best Buy cities, 5 soit 25% de la liste. La ville d’Austin est suivie par Houston (n ° 3), Dallas (n ° 5), San Antonio (n ° 6) et Fort Worth (n ° 10).

 

Le prix moyen des maisons est plus élevé à Austin, avec 261,923 $, et plus bas à Fort Worth, avec 180,312 $, mais ont accéléré à un taux passant de 7% à 12% dans toutes les villes du Texas.

 

La Floride est l'état avec le deuxième plus grand nombre de villes sur la liste Best Buy: Orlando (n ° 4), où le prix moyen des maisons est de 187,568 $; North Port (n ° 14), où les maisons coûtent en moyenne 223,523 $; West Palm Beach (n ° 15) 260,846 $; et Jacksonville (n ° 16) où en moyenne les maisons coûtent 196,538 $.

 

Une seule région métropolitaine dans le Golden State est dans notre liste Best Buy: Sacramento. Comme Minneapolis, Atlanta, et Grand Rapids, la capitale de la Californie allait mal au cours de la récession, mais se redresse.

 

Onze des villes sur notre liste de cette année étaient également sur la liste de l'année dernière; parmi les neuf premières nous retrouvons Austin (n ° 1), Provo (n ° 2), et Tacoma, Washington. (n ° 18).

 

Investir aux US: le top des 7 villes pour les startup

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 16, 2015 at 5:45 PM Comments comments (2)

Les 7 meilleures villes pour investir aux USA

 

1. Austin, le Texas


Il semblerait que de nos jours Austin est la top destination si vous êtes une startup. Cette ville offre l’une des croissances les plus rapides et l’une des villes les plus diverses dans l’Etat du Texas et est tranquillement devenu un centre pour l’innovation et l’activité entrepreneuriale.

Ainsi, quel est la clef du succès d’Austin ? Selon Julie Huls, la présidente du conseil des nouvelles technologies, l’avantage compétitif d’Austin est basé sur deux choses.

La première est le fait qu’Austin ait un « climat d’affaires exceptionnellement ouvert, collaboratif et propice ».

Ensuite, la ville a un groupe de divers leaders expérimentés « qui veut aider à faire évoluer les générations suivantes de leaders ».

Plus d’informations : consultez notre guide : S’établir au Texas : ici l’exemple de Houston : http://media.wix.com/ugd/67a0da_86af5fbb09354a9f839b81198f286dc6.pdf

 

2. New York, New York

Les entrepreneurs et les chefs d’entreprise posent toujours des questions comme « quelle ville est la Silicon Valley du Sud ? » ou ils veulent savoir si une autre ville peut surmonter la réputation de la Silicon Valley. Dans la plupart des cas il est difficile de répondre, mais une chose est sure : New York est la seule autre ville dans le pays qui peut lutter avec la Silicon Valley dans un proche avenir.

 

Avec l’accès aux talents forts, des investisseurs riches et une micro-économie diverse, New York reste une des villes les plus prisées malgré le cout de la vie le plus cher des Etats Unis avec San Francisco.

 

3. Nashville, Tennessee

Tandis qu’il ne peut pas y avoir aussi brillant qu’Austin ou New York en termes de scènes de démarrage formel avec des racines établies, ne sous estimez pas Nashville. Cela devient rapidement un des climats entrepreneurs supérieurs dans le sud-est, particulièrement quand vous considérez le domaine des nouvelles technologies.

 

Si vous en voulez la preuve, considérez juste le fait qu’un des huit sites Google est localisé dans la ville. En outre, la fibre de Google vient à Nashville, ce qui signifie que les principales entreprises technologiques pensent que la ville est prête pour une percée.

 

Nashville représente un environnement électrique cosmopolite, en passant par la musique country et de nombreuses compagnies « Fortune 500 ». Cette diversité fait de Nashville un endroit formidable pour envisager de lancer son entreprise.

 

4. Boulder, Colorado

Comme Austin, Boulder est devenue une destination les plus prisées pour entreprendre. Cette magnifique ville d'universités est placée au pied des Montagnes Rocheuses et, à son insu, ses racines entrepreneuriales circulent aussi profondément que les ruisseaux et les rivières qui traversent la ville. Boulder a été le centre d'innovation nucléaire du gouvernement américain depuis 1952 stimulant la croissance dans de nombreux domaines.

 

Avec San Jose et San Francisco, Boulder est une des villes de startup les plus riches et les plus actives à l'ouest du Fleuve du Mississippi.

 

5. Seattle, Washington

Quand vous regardez les nombres, Seattle est un centre unique pour les startup aux USA. Grossièrement 55% de la population a un diplôme d'université ou plus haut et chaque annees des centaines d’entreprises sont lancees par de jeunes diplômées : ne mentionnons que quelques-unes aux démarrages fructueux comme Zulily, Cheezburger et Chef notamment.

 

"Les méga-entreprises de la région ont établi un canevas permettant à la ville de se développer en un endroit attrayant pour les entreprises innovantes." Et une fois que les entrepreneurs commencent à innover, ils ont accès à certains accélérateurs assez impressionnants comme TechStars et 9Mile Labs. .



 

6. Asheville, North Carolina

Cela peut sembler peu probable au premier coup d'œil, mais Asheville devient un nom nationalement reconnu en termes d'innovation et de startups. On donne la plupart de l'attention à la culture de brasserie de la ville. Il y a au moins 20 brasseries différentes dans la ville, lui donnant une destination de rêve pour les métiers de la bière. Et parce que la bière est meilleure servie avec de la nourriture, il y a des douzaines de startups de restaurant dans le voisinage, aussi.

 

Mais ce n'est pas juste la bière dans Asheville. La ville a un certain nombre d'accélérateurs d'affaires et les programmes de mentorat qui ont introduit des entrepreneurs expérimentés et des dirigeants d'entreprise pour entraîner des entreprises prometteuses. Avec son air hippies et « peace and love » Asheville gagne rapidement ses échelons comme un centre de démarrage de la côte est.

 

7. Greenville, South Carolina

Comme Asheville, Greenville grandit à une allure rapide. Des milliers de jeunes professionnels se déplacent vers cette ville chaque année et cette association douée de capital humain aide Greenville à attirer quelques entreprises mondiales majeures. Actuellement, Greenville abrite des entreprises comme BMW, GE et Michelin.

 

Mais ce ne sont pas juste des sociétés implantées vers le fin fond de l'État de la Caroline du Sud. Il y a quelques croissances significatives dans le secteur technologique. Grâce à de grands avantages fiscaux, un certain nombre de nouveaux accélérateurs et plus qu'une poignée d'investisseurs riches, les startups surgissent partout sur la carte.

 

Pour plus d’information sur la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, n’hésitez pas a consulter notre guide : http://media.wix.com/ugd/67a0da_7897a8993b374611add579d36208124e.pdf

 

Vous avez choisi votre lieu d’implantation, contactez-nous : info@reussirusa.com

 

Investir aux US et travailler

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 16, 2015 at 5:35 PM Comments comments (0)

 

Vous souhaitez investir et ou travailler aux Etats-Unis: quelles options s'offrent a vous?


Option 1: L’Investisseur étranger

Ceci est le visa d’immigrant EB-5 qui vous demande d’investir 1 million de $ dans une activité américaine. Si cette activité est en zone rurale, vous devez seulement investir 500 000$.

Mais que faire si vous ne disposez pas de cette somme? Par ailleurs, à cela il faut ajouter des frais de dossier d’avocat souvent considérable. Bien choisir son avocat en la matière qui saura vous guider sur les vraies opportunités : plus d’information : info@reussirusa.com

 

Option 2 : Le visa EB-2 (C)

Cela est considéré comme un "visa de travail", mais sous la variété (C) qui ne vous oblige pas à avoir un employeur. Ce que vous avez besoin est un diplôme avancé (master ou supérieur) ou une capacité exceptionnelle dans votre domaine. En outre vous devrez démontrer que votre venue aux USA est de l’Intérêt National des USA

 

Que faire si vous êtes jeune et que vous n’avez pas de capacités exceptionnelles ? Vous pouvez toujours venir.

 

Option 3: E-2 traité investisseurs

Ne vous inquiétez pas, cette fois ils ne vous demanderont pas d’investir un million. Tout ce que vous devrez faire est d’ouvrir une entreprise aux Etats-Unis et d’investir en rachetant un business aux USA. Même s’il la loi n’ exige pars de montant minimal, un investissement d’au moins 100 000 $ est recommandé et il faudra démontrer dans votre business plan que votre projet est solide. Vous faire assister par des prestataires locaux pour le business plan est nécessaire : plus d’information : info@reussirusa.com 100 000$ dedans. Vous devrez également être d’un pays qui est sur la liste des traités investisseurs. Un grand nombre de pays y sont.

 

Si votre principal atout est votre talent, vous avez une autre option.

 

Option 4: Le visa O-1

Ce visa est pour les personnes ayant des capacités exceptionnelles, y compris les capacités à faire des affaires. Vous pouvez essayer d'obtenir ce type de visa. Vous aurez besoin d'un employeur américain pour vous parrainer. En espérant que cet employeur est un démarrage exceptionnel pour lequel vous voulez travailler.

 

Option 5: Le visa L1

Le premier type est le L1A, vous devez être un cadre ou un top manager d’une entreprise qui a des bureaux dans votre pays et aux Etats-Unis. Il faut aussi démontrer que vous êtes salarie depuis plus d’un an au cours de ces trois dernières années dans l’entreprise qui vous envoie. Si l’entreprise ne dispose pas encore de bureau américain, vous pouvez être celui qui l’ouvre.

Le second type, L1B, est le cas où vous n’êtes pas un dirigeant, mais vous avez une certaine connaissance spécialisée.

 

Option 6: Le visa H1B

Ce visa est destiné aux salariés qui peuvent démontrer qu’ils ont des compétences qu’un Américain ne possède pas dans un marché considéré. Par exemple, il y a un shortage d’ingénieur dans la Silicon Valley et il sera possible de vous faire embaucher en H1B. Il y a beaucoup d'exigences comme des certifications de travail, des quotas sur le nombre de visas, etc. Si vous en avez un, mais que voulez être un entrepreneur, utilisez le temps pendant que vous êtes sur un H1B pour trouver la startup dans laquelle vous voulez en réalité travailler.

 

Option 7 : Le visa B-1

C'est un visa d'affaires. C’est un visa d’une durée maximale de 6 mois qui ne vous donne pas l’autorisation de travailler aux US mais par contre vous autorise à prospecter, négocier, faire marcher le réseau, etc. Vous pouvez le prolonger d’un à 6 mois supplémentaires, totalisant 12 mois aux États-Unis.

 

Donc un des visas le plus intéressant quand on a un budget modère et pas de compétences qui permettent l’octroi des autres visas est le visa investisseur E2.

Pour plus d’information sur ce visa et sur des fonds de commerce à vendre pouvant vous donner accès a ce visa, n’hésitez pas à nous contacter : info@reussirusa.com

 

Soutenons la France

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 14, 2015 at 11:55 AM Comments comments (0)

En Amerique du Nord des rassemblements et des marches silencieuses sont organisees. Pour plus d'information, consultez votre consulat ou votre French American Chamber of Commerce

La France se rassemble en Amérique du Nord (heures locales)

La France se rassemble en Amérique du Nord (heures locales) Samedi novembre

Canada

- Ville de Québec devant le Consulat de France à 15h

- Vancouver 19h30 devant la Galerie d’Art

- Montréal 15h devant le consulat sur MacGill

- Toronto 14h Nathan Phillips Square

- Grand Moncton : Dieppe à 18 h devant le centre des arts et de la culture https://www.facebook.com/events/445382598993572/

- Rimouski place des anciens combattants à 15 h

- Sherbrooke 15h Parc Jacques Cartier

USA

- Los Angeles, à 5 pm devant le consulat de France

- Houston, à 5 pm devant le consulat de France

- New York, à 2 pm devant l’arche du Washington Square Park

- San Francisco, à 5 pm devant le consulat de France

- Atlanta, à 5 pm devant le consulat de France

- Miami, à 5 pm devant le consulat de France

- La Nouvelle-Orléans, à 5 pm devant le consulat de France

- Chicago, à 5 pm devant le consulat de France

- Washington, à 5 pm à Lafayette Street

- Detroit Ste Anne de Détroit à 17h00 suivant une messe à l’intention des victimes des attentats de Paris à 1000 Ste Anne Street, Detroit, Michigan 48216,

- Fort Lauderdale, Oakland Pk Blvd & Federal Hwy a 12h

- Nashville 14h In front of Little Gourmand French market

2209 Bandywood Drive

Dimanche

USA

- Houston 17h, 6000 Hermann Park Dr, en présence du député Frédéric Lefebvre

- Chicago, 205-225 N Michigan Ave.

https://www.facebook.com/events/179460509065194/

- Boston Midi au Parkman Bandstand de Boston Common

- Kansas City: Dimanche 15:30 devant l'entrée du musée de la Première guerre Mondial (WW1 Museum).

- Midi à Moore Square, Raleigh, NC

Canada

- Ottawa 12h, au pied de la statue de Champlain (Nepean Point)

 

Egalement des marches silencieuses ont lieu dans toutes les villes des USA : Dans le Sud Est : Atlanta, GA; Charlotte, NC; Greenville, SC; Nashville, TN; and Raleigh, NC.

 

 


Paris 13 novembre 2015

Posted by Vanina Joulin Batejat on November 13, 2015 at 7:20 PM Comments comments (2)

Pas de mot pour une telle horreur et tant de lâcheté. Ce vendredi 13 restera encore un moment gravé dans nos mémoires comme un moment d’horreur et d'intense lâcheté.


Ou vendre et boire du vin aux USA

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 29, 2015 at 4:20 PM Comments comments (0)

 

Les meilleurs états américains pour boire du vin et ne pas payer trop de taxes !

 

A Kentucky, nous aimons leur barbecue, leur poulet frit et leur boisson sucrée à la menthe, mais si vous voulez un bon Syrah qui accompagne votre viande ce n’est pas l’Etat le mieux adapté de l’union. Selon un sondage publié récemment par la Tax Foundation, le Kentucky a l’impôt le plus élevé du pays pour le vin, à 3,18 dollars le gallon (3,79litres). Et il ne vaut mieux pas franchir le pas vers l’Alaska qui vient en deuxième position à 2,50 dollars. Vous feriez mieux de vous diriger vers la Louisiane qui a le taux le plus bas à 0,11 dollars. Apparemment, ils ont aussi de la bonne nourriture.

 

Les vins aux Etats-Unis sont imposés de manières bizarres qui changent selon chaque Etat. Les taux varient toujours selon le degré et le type d’alcool. Cette étude est faite à partir d’une bouteille moyenne achetée en magasin (750ml) à 11% d’alcool pour en venir à ces chiffres, mais vous paierez davantage d’impôt avec un vin contenant plus d’alcool et encore plus pour les pétillants.

 

À l'échelle régionale, le Nord est le plus accueillant pour les amateurs de vin, en moyenne à 0,71 dollars. L'Ouest est deuxième avec 0,76 dollars (mais va à la troisième place si vous incluez Hawaï et l'Alaska), suivi par le Midwest à 0,82 dollars. Le Sud est le lieu le moins convivial ou les impôts sont élevés pour le vin, avec une moyenne de 1,23 dollars le gallon.

Parmi les quatre principaux États producteurs de vin, il est logique que la Californie ait le taux le plus bas à 0,20 dollars. Étonnamment, son voisin de l'Oregon est triplement plus élevé avec 0,67 dollars, et Washington quadruplement plus élevé avec 0,87 dollars. Du côté Est, New York est plus proche de la Californie à 0,30 dollars.

Plus d'informations sur les reglementations par Etat

Voici un petit guide



Et pour nous contacter:: info@reussirusa.com



 

Exporter aux Etats-Unis ne s improvise pas

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 29, 2015 at 3:45 PM Comments comments (0)

Exporter aux Etats-Unis ne s’improvise pas

 

Le marché américain a la réputation paradoxale d’être à la fois compliqué à appréhender (barrières à l’entrée, juxtaposition des législations locales, étatiques, fédérales omniprésence des avocats …) et simple d’accès (esprit d’entreprise, facilité des contacts, présence massive des produits importés). La vérité se situe, naturellement, au milieu : les Etats-Unis, ce n’est ni aussi facile que certains le croient, ni aussi complexe que certains le craignent. La preuve : 67% des entreprises qui exportent aux Etats-Unis sont des PME.

Néanmoins, il n’en demeure pas moins que sans être préparé, sans avoir une assurance pour la vente de ses produits aux USA, sans avoir validé son produit en termes de règlementations FDA et autres) et en termes de packaging (dimensions au regard de la loi mais aussi au regard des produits qui pourront être mis en rayons), il ne faut pas espérer réussir. Il faut bien entendu également valider ses capacités de productions, connaitre les formalités à l’export et les couts avec les formalités douanières

Bien souvent, on croit que par ce que son produit est de haute qualité et made in France, ce sera suffisant ; et bien NON, pas du tout et si vous commencez sans préparation, c’est de l’argent perdu pour rien.

 

Par ailleurs, avant de se lancer sur le marché Américain, commencer à se lancer sur un marché moins lointain comme l’Allemagne et la Grande Bretagne, vous donnera de bonnes bases pour ensuite vous développer aux USA et par ailleurs vous donneront également une meilleure assise financière si vous réussissez dans ces pays périphériques. Le marché Américain représente le Graal pour beaucoup mais c’est aussi un des marches les plus concurrentiels au monde et des plus difficiles. Bien souvent les entrepreneurs vont à l’échec par manque de préparation, manque d’interlocuteurs sur placer et manque de budget ou alors un budget mal dépensé. Aller faire des salons est une bonne idée en visiteur pour prendre « la température » mais exposer sans être préparé est une perte d’argent.

Alors que faire ?

1) Une étude de marché avec un business plan qui vous permettront de voir si le marche existe et si vous avez les moyens d'y aller. Le mieux est de vous faire assister par un prestataire sur place qui connait le pays et saura faire une étude qui correspondra à vos besoins et surtout aux besoins du consommateur Américain et vous guidera ensuite : cette étude doit a minima valider :

- S’il existe une marche

- Quels changements faire pour que votre produit soit accepté en termes de packaging, étiquetage, prix

- S’assurer que votre produit est aux normes

- Valider les circuits de distribution potentiels

 

2) Ensuite évidemment, mettre un budget en face car l’export s’il peut rapporter gros, cela coute cher. Pour cela, validez les aides a l’export au niveau régionale, national et au niveau de l’Europe. Vous faire aider par des conseils en France peut être une dépensé nécessaire.

 

3) Par ailleurs commencer sans avoir à minima un site internet en Américain fait par un professionnel sur le continent Américain, c’est un leurre ou une perte de temps.

 

Pour plus d’information sur l’exportation de vos produits alimentaires aux Etats-Unis, n’hésitez pas à consulter ce petit guide :



Et n’hésitez pas nous contacter : info@reussirusa.com

 

Investir et s'installer aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 29, 2015 at 12:55 PM Comments comments (2)


Le Visa E-2 aide beaucoup de personnes qui n’ont pas la nationalité américaines à démarrer leur entreprise soit en en créant une nouvelle ou en rachetant une entreprise.

Un non-citoyen américain peut venir aux Etats-Unis et ouvrir un business à condition d’avoir le visa E-2 « Treaty Investor » et d’investir soir dans son business soit racheter un nouveau business. Le propriétaire de l’entreprise, ainsi que les membres de sa famille, peuvent vivre aux Etats-Unis légalement aussi longtemps que l’entreprise fonctionne.

Cependant les exigences pour le Visa E-2 sont loin d’être faciles, et si l’entreprise atteint des moments difficiles, le propriétaire peut perdre ses droits de rester dans le pays.

Tout d’abord, le demandeur de Visa doit faire un investissement substantiel dans l’entreprise, selon le Département d’Etat Américain afin qu’il soit suffisant pour assurer le bon fonctionnement de l’entreprise.

La Danoise Mia Pedersen est passé par le processus afin d’ouvrir un magasin de glace dans le Sopping Park de Montrose en 2009.

Au moment d’envoyer votre application à l’immigration, il faut pouvoir démontrer que votre entreprise est prête a démarrer, ce qui veut dire que vous avez déjà investi des sommes substantielles qui peuvent être mises sur un compte séquestre. Il est également conseillé d’inclure une condition suspensive d’obtention du visa en case de mise en place d’un bail commercial ou de rachat de fonds de commerce.

Et même si c’est une petite entreprise, comme un petit magasin de crème glacé, vous devez prouver que le magasin fournira un avantage à l’économie locale en créant de nouveaux emplois ou alors par d’autres moyens.

Le gouvernement Américain n’est pas intéressé dans ce qu’ils appellent les investissements marginaux. Les projets avec des entreprises qui sont trop petites pour apporter une contribution significative à l’économie américaine risquent d’être rejetés par le consulat Américain.

Un Visa E-2 peut être renouvelé tous les deux à 5 ans, mais chaque fois qu’il vient à échéance, le propriétaire d’entreprise peut être appelé à démontrer que son entreprise est en bon fonctionnement et est un soutien pour l’économie locale (emplois..)

Le Visa E-2 n’est pas le seul Visa qui permet à une personne de venir démarrer un business aux Etats-Unis, mais il est moins cher que les autres.

Le montant de l’investissement dépend du type d’activité de l’entreprise que vous souhaitez ouvrir. Et bien qu’il n’y ait pas de règles, il faut bien garder en tête que l’investissement ne doit pas être marginal et doit pouvoir apporter un avançâtes économique a l’économie locale et pas seulement permettre de supporter l’entrepreneur et sa famille.

Le Visa E-2 est vraiment bien pour les petites .

En comparaison, le Visa immigrant investisseur EB-5 exige de dépenser un minimum de $500.000 et comporte davantage de critères beaucoup plus stricts en ce qui concerne le nombre d’employés. Mais il fournit un possible accès à l’obtention de la carte verte et à la résidence permanente.

 

Néanmoins, certains de nos clients, alors qu’ils étaient en visa E2 ont obtenu la carte verte en jouant a la loterie : plus d’information a ce sujet : http://www.reussirusa.com/apps/blog/show/prev?from_id=43577457

http://media.wix.com/ugd/67a0da_7fbc1d0606ef4406b48cbb65943b96d6.pdf

Le Visa E-2, dont 25.500 ont été émis par le gouvernement au cours de l’année 2010, est destiné à ce que le Département d’Etat appelle « les visiteurs temporaires ». Les enfants des titulaires du Visa E-2 ne peuvent pas rester dans le pays une fois qu’ils ont 21 ans, sauf si ils sont admissibles à un différent type de Visa.

Durant les deux dernières années, les projets de loi ont été proposés afin de permettre aux titulaires du Visa E-2, de pouvoir éventuellement gagner la résidence permanente. Les efforts ont été pris dans « les grandes politiques de l’immigration » a déclaré Bob Litan, vice-président de l’association à « Ewing Marion Kauffman Foundation », un groupe de recherche en entrepreneuriat à Kansas City.

 

ReussirUSA est également un supporter de cette réforme : http://www.reussirusa.com/apps/blog/show/43124007-le-visa-e2-un-chemin-vers-la-carte-verte-

Dans l’intervalle, Pedersen est reconnaissante de l’opportunité concernant le programme actuel qui a été donné à sa famille. Samedi, elle et sa famille, ont tenu une grande ouverture pour le deuxième magasin Paradis, sur l’avenue Vermont à Los Angeles dans un ancien magasin pour yogourt congelés.

Avec l’ouverture du nouveau magasin, le nombre d’employés de la société est passé de trois à cinq. Dans l’avenir, Pedersen espère vendre des franchises de l’exploitation. « Si nous pouvons le faire ici, nous pouvons vraiment le faire » dit-elle. « C’est un grand pays ».

 

Pour plus d’information sur le visa E2 et sur les conditions pour s’installer aux Etats-Unis, n’hésitez pas à nous contacter : info@reussirusa.com

 

L assurance sante aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 29, 2015 at 11:50 AM Comments comments (0)

 

L’assurance sante aux Etats-Unis: un point a bien comprendre que l’on soit un particulier ou une entreprise mais même les plus aguerris sont encore perdus.


Beaucoup de nos clients s'interrogent sur les obligations en la matiere et a juste titre car c'est un domaine ou la confusion règne.

Depuis le 1er octobre 2013, toute personne doit souscrire une assurance maladie privée individuelle (portail internet) ou d'entreprise "Managed Care Organisation" (réseau d'assurances centralisées) sous peine de s'acquitter d'une taxe. (ce qu’ils appellent la « chared responsibility » qui n’est autre qu’une lourde taxe)

Pour les employeurs : les entreprises de plus de 50 salariés expatriés et ou nationaux à temps plein doivent fournir une assurance santé Obamacare et contribuer financièrement. Ils doivent pour l’année en cours prendre en charge 95% des employés.

Les entreprises de plus de 100 employés doivent pour l’exercice 2015 assurer au minimum 70% de leurs salariés dans le cadre d’un plan groupe Obamacare et 95% sur l’exercice 2016. Le mandat employeur n’entre pas dans le champ d’application pour les entreprises de 1 à 50 salariés.

Si ces entreprises ne respectent pas le cadre de la loi, elles devront s’acquitter d’une amende dans les cas suivants :

a) Si un employeur n’assure pas ces salariés dans une police santé groupe ACA Compliant « Obamacare » et ou ne prend pas en charge sa participation à hauteur de 50% la pénalité est de USD 2000 par employé à temps plein (à l'exception des 30 premiers employés).

b) Si la couverture ne répond pas aux normes « MEC Minimum Essential Coverage » ou ACA compliant (principe d’une couverture totale), dans ce cas l’entreprise doit payer une pénalité de USD 3000 pour chaque employé à temps plein.

Que veut dire MEC :

Certaines garanties sont également imposées et constituent le "Minimum Essential Coverage", ou la couverture minimum que doivent proposer les assureurs :

  • Les soins de médecine courante, comme une consultation chez un médecin généraliste ou spécialiste
  • Les services ambulatoires, d’urgences et d’hospitalisation
  • L’accouchement ainsi que la prise en charge du nouveau-né
  • La santé mentale
  • Les prescriptions médicales
  • La rééducation
  • Les analyses en laboratoire
  • Les soins de prévention, comme les vaccins et les visites de routine
  • Les maladies chroniques
  • Les services pédiatriques (soins auditifs, dentaires et optiques inclus)

 


Toutefois, stricto sensu, la règlementation Obamacare ne vous oblige pas à souscrire un contrat « ACA Compliant ». Elle vous demande de le faire et si vous ne le faites pas vous serez redevable de la pénalité ou taxe ci-dessus mentionnée. Même chose, si vous voulez souscrire une assurance expatriée individuelle : si elle ‘est pas MEC, vous devrez payer la taxes qui peut aller jusqu’à 2.5% de votre revenu brut. Un cout qui peut monter très vite sauf a ne pas déclarer de revenu du tout

ACA compliant : qu’est-ce que cela signifie

Pour être labelisés ACA compliant, les assureurs santé doivent se plier à une liste de critères bien précis :

  • Présenter à l’assuré un résumé des garanties accessible et compréhensible
  • Ne fixer aucun plafond de garantie
  • Ne pas conditionner la souscription de l’assurance à un questionnaire médical ou à l'absence de condition préexistante
  • Ne pas calculer la prime selon le sexe de l’assuré
  • Ne pas résilier le contrat en cas de consommation élevée de l’assuré
  • Couvrir les enfants sous la police de leurs parents jusqu’à l’âge de 26 ans
  • Outre l’exonération de taxe, leurs avantages sont les suivants :

 

- Pas de plafonds de garanties ;

  • Reprise des antécédents médicaux en cas de souscription dans l’enrollment period ou dans les cas éligibles (au moment de l’arrivée aux US, mariage, naissance…) ;
  • Systèmes de paiements direct US évitant de faire l’avance des frais.

Inconvénients des contrats ACA Compliant :

  • Prix plus élevés que certains contrats expatriés classiques ;
  • Pas de formules économiques limitées aux gros risques ;
  • Système de deductible, co-pay, co-insurance & Out Of the Pocket difficile à comprendre pour un expatrié ;
  • Franchises (déductible) élevées ;
  • Pas de garantie hors des USA. Il faut alors prevoir une garantie supplémentaire avec votre assureur. Par ailleurs, toujours choisir un assurance PPO ( cela vous permet d’avoir accès a un inventaire plus large de médecins)

 

Faut-il adhérer ou pas à la CFE ? A PRIORI

La CFE est la Caisse des Français de l’Etranger, soit pour le dire simplement : c’est la Sécu des expatriés français. Elle rembourse les frais médicaux à l’étranger de la même manière que la Sécu le fait en France et elle le fait selon les mêmes bases tarifaires (23 € pour une consultation de généraliste) et selon les mêmes taux (70% pour une consultation). Il y a toutefois une exception qui est notable pour les USA, en pharmacie, elle calcule son remboursement sur le prix local des médicaments et applique le taux de remboursement de son équivalent français.

 

Avant l’ACA, la réponse était relativement simple : compte tenu du prix des médecins et des hôpitaux locaux, la CFE est totalement insuffisante et donc quasi-inutile pour ceux qui décident de couper tous les ponts avec le système social français, une assurance expatrié USA au 1er euro était plus efficace.

 

Depuis l’ACA et la création d’un contrat ACA Compliant fonctionnant en complément de la CFE, l’adhésion à la CFE reprend tout son sens. Dans ce cas l’adhésion à la CFE permettra deux choses:

- Une baisse sensible du tarif du contrat d'assurance expatrié USA ACA Compliant;

- Elle absorbera en grande partie, voire intégralement les coûts des franchises, co-pay et co-assurances.

Elle peut également se justifier pour des personnes qui cherchent une solution économique couvrant efficacement les gros risques que sont les hospitalisations et les maladies chroniques traitées hors hospitalisation (diabète, hypertension, SEP…). Il suffira alors de souscrire une formule hospitalisation seule en complément.

Pour évaluer l’intérêt de la CFE il faut calculer le montant de sa cotisation. Des simulations précises sont possibles sur le site de la CFE. Attention: si dans un couple, les deux conjoints/concubins travaillent, il faudra payer deux cotisations.

Notons que la CFE permet également de garder un lien avec le système social français, de bénéficier immédiatement de la couverture Sécu en cas de retour en France et de continuer à cotiser à la retraite de base et aux retraites complémentaires.

 

Sources :

• Article 4980H de l'Internal Revenue Code, édictées par la Loi sur les soins abordables.

 

 

 

Offres de stages, employeurs contactez nous

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 23, 2015 at 12:45 PM Comments comments (0)

 

Rechercher un stage aux Etats-Unis, n'est pas toujours évident pour les étudiants.


Le magazine l'Etudiant donne quelques conseils avises: http//www.letudiant.fr/jobsstages/stages-tout-ce-savoir-pour-en-obtenir-un-et-le-reussir-14633.html

Votre école, université doit également vous proposer régulièrement des offres: n'hésitez pas à rester à l'écoute!

Nous recevons régulièrement des CV: employeurs aux USA: n'hésitez pas nous contacter avec les postes a pourvoir. Nous serons ravis de déposer gratuitement vos demandes et de transmettre vos CV aux étudiants dans notre base de données.

http://www.reussirusa.com/jobs-internships

ReussirUSA recherche actuellement un stagiaire Bac + 4 école de commerce en année de césure pour un stage en marketing business développement. Plus d ‘information, info@reussirusa.com

 

 


Attirer et garder ses salariés aux Etats-Unis

Posted by Vanina Joulin Batejat on October 19, 2015 at 10:50 AM Comments comments (0)




Aux Etats-Unis, dans un marché ultra concurrentiel pour trouver de la main d’œuvre qualifiée (il faut dire qu’aux USA, la main d’œuvre manque, le chômage avoisinant le plus souvent les 5% ou moins) les propriétaires de petites entreprises moyennes et grandes entreprises font tout leur possible pour attirer et garder des employés de qualité dans leur entreprise. Une des techniques les plus convaincantes et les plus utilisées : offrir des avantages comme les « sick days : jours que le travailleur peut prendre quand il est malade ou pour des vacances à sa convenance sachant qu’il n’existe pas d’arrêt maladie aux USA, mais aussi des congés payés, l’assurance santé, des plans retraites

 

Une étude menée par Oxford Economics montre que près des trois quarts des travailleurs Américains valorisent le fait d’avoir plus de congés payés (il faut savoir qu’en général les congés payés ne sont pas obligatoires : néanmoins les entreprises en donnent : a minima une semaine par an puis jusqu’à 5 semaines en fonction de l’ancienneté (15 ans ou plus) : c’est un moyen de fidéliser ses salaries également. Avoir cet avantage ne rend pas seulement une entreprise plus attrayante pour les employés, mais l'étude montre que, après avoir pris leurs congés payés, les employés reviennent plus productifs, concentrés.

 

En dessous, une petit guide (très résumé ) des avantages possibles a mettre en place pour toute entreprise. Avant de se lancer dans cette mise en place, bien se renseigner. Par ailleurs, bien prévoir aussi les conditions dans votre règlement intérieur que vous aurez soin de rédiger car il fera œuvre de « droit du travail » pour vos salariés : plus d’information : info@reussirusa.com .

 

Les vacances – le droit aux conges payés

 

 

Les vacances ne sont pas obligatoires selon la loi. L’employeur est libre d’en donner ou de ne pas en donner (The Fair Labor Standards Act ). Cependant, si vous avez 50 employés ou plus, vous êtes tenu par The Family Medical Leave Act (la Loi sur le Congé Familial pour raison Médicale) de fournir à certains employés jusqu'à 12 semaines de congés sans solde chaque année. En outre, de nombreux employeurs offrent des congés payés aux salariées, outre des jours de congés fériés comme :

 

 

  • Le Nouvel An,
  • Le Memorial Day,
  • Le Jour de l'Indépendance (4th of July),
  • La fête du Travail,
  • Thanksgiving et
  • Noël

 

 

Mais ce n’est pas obligatoire. Si vous voulez adopter une politique formelle de temps de vacances à votre entreprise, vous pouvez en créer une qui correspond le mieux à votre entreprise, et la rendre officielle en l'incluant dans votre « règlement intérieur ». Voici quelques-unes des choses que vous devrez prendre en considération:

 

• Combien de de temps de congés payés allez-vous donner? Vous pouvez offrir le même montant à tous vos employés, ou associer le temps de vacances qu’ils ont avec le nombre d'années qu'ils ont travaillé pour vous. Souvent les salariés « part time » n’ont pas droit aux congés payés.

 

Par ailleurs ces conges payes ne sont données bien souvent qu’une fois la 1ere année passée au sein de l’entreprise. Une fois encore, cela se négocie entre le salarié et l’employeur en bonne intelligence.

 

• Vous pouvez définir comment seront prises les vacances, comment seront formulées les demandes. Dans des petites entreprises, le salarie s’arrange avec son employeur en face to face.

Le chef d’entreprise reste au final le décideur mais bien entendu, pour garder de bons salariés, les refus de demandent de conges seront négociées et pour des motifs légitimes. S’il y a un exces de travail brutal, il est possible de demander sans problème aux salariés de reporter leurs congés. Assez souvent, les salariés prendront l’initiative d’eux-mêmes.

 

Si lors de son depart de l’entreprise, le salarie n’a pas pris tous ses congés, il ne sera pas forcement dédommagé. Malgré tout bien souvent l’employeur prendra l’initIative de lui régler ses conges Non pris. Tout dépend en fait des conditions du départ du salarié.

 

Arrêts maladie


 

En 2012, le Connecticut est devenu le premier État à exiger que tous les employeurs fournissent aux employés des arrêts maladie payés. Aujourd'hui, il existe deux autres Etats dont la Californie et 11 villes qui ont adopté cette loi. Les détails de ces lois varient grandement, alors assurez-vous de vérifier celles de votre Etat ou ville afin de vous assurer que vous respectez. Si il n'y a pas de lois dans votre Etat voici quelques-unes des choses que vous devriez considérer avant de faire une politique de congé maladie dans votre règlement interieur.

 

• Combien de jours allez-vous donner à chaque trimestre ou année?

• Qui est le point de contact? Si un employé est malade et ne peut pas venir travailler, qui doivent-ils appeler?

• Est-ce que les jours se reportent?

• Aurez-vous besoin de preuves?

• Les jours s’étendent-ils aux membres de la famille? Si les enfants des employés tombent malades par exemple

• Qu'est-ce qui se passe si un employé est malade au-delà de son temps de congé maladie alloué? Allez-vous leur permettre d'utiliser leur temps de vacances pour couvrir les absences?

Si vous avez plus de 50 employés et tombez sous le Family and Medical Leave Act (la Loi sur le Congé Familial pour raison Médicale), vous devez donner à un employé gravement malade douze semaines de congé dans le délai d'un an. Si l'employé a une condition qui est admissible en vertu des Americans with Disabilities Act (loi sur l’handicap), ils peuvent être à l'abri de la résiliation. Enfin, les lois d'indemnisation de votre état peuvent vous interdire de congédier un employé qui est malade à cause d'une blessure ou d'une maladie liée au travail.

 

Certains employeurs choisissent de combiner le temps de vacances, de congés maladie, et jours personnels, et créent une seule durée de congés payés qui peut être utilisée pour toutes ces catégories. Si vous prenez cette route, vous pourrez programmer un certain nombre de jours de congé par année à utiliser à la discrétion des employés.

 


Rss_feed